VIDEO. Festival d'Angoulême : la liberté d'expression en péril ?

Au Festival international de la BD, le souvenir de Charlie Hebdo est omniprésent. Les dessinateurs, eux, craignent de voir la liberté d'expression reculer. Le reportage de France 3.

FRANCE 3

C'est hier, jeudi 29 janvier, que le 42e Festival de la BD d'Angoulême s'est ouvert, en hommage aux victimes de Charlie Hebdo. L'esprit de l'hebdomadaire satirique y est omniprésent aujourd'hui encore. "Charlie n'a rien changé, sauf peut-être la dimension un peu plus (...) tragique, un peu plus solennelle de ce festival. On le voit bien au niveau de l'organisation", confie un visiteur à France 3. "Là où je m'attendais à trouver plus de méfiance, finalement, je trouve qu'il y a un peu plus de bienveillance. Les gens font un peu plus attention les uns aux autres", lâche un autre.
Mais pour les dessinateurs, quelque chose a changé. C'est ce que pensent les membres de la rédaction de Fluide Glacial, cousine de Charlie Hebdo.

"Finalement, votre liberté d'expression devrait être un peu limitée"

Ils ont des craintes quant à l'avenir de la liberté d'expression. Romain Dutreix déclare : "Plein de gens disent 'Finalement, votre liberté d'expression devrait être un peu limitée'. C'est quand même paradoxal".
Alors, ils s'amusent de la situation en raillant l'Asie... "et ça fâche le gouvernement chinois, qui a dit que si on continuait comme ça avec notre liberté d'expression, on allait aggraver les conflits mondiaux !", note Yann Lindingre, rédacteur en chef.
Tous jugent les représentants religieux et leurs discours ambigues : "Ce n'est pas à eux de nous dire de continuer à faire ce qu'on fait".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le festival de la bande dessinée d\'Angoulême (Charente) présente l\'exposition \"Une histoire de \'Charlie Hebdo\'\", le 28 janvier 2015.
Le festival de la bande dessinée d'Angoulême (Charente) présente l'exposition "Une histoire de 'Charlie Hebdo'", le 28 janvier 2015. (PIERRE DUFFOUR / AFP)