Cet article date de plus de neuf ans.

Marseille invente le "Festival du film chiant"

Ce week-end, c'est le "numéro zéro" de ce festival atypique, organisé dans un cinéma d'art et essai marseillais. En creux, les organisateurs veulent valoriser leurs "coups de cœur".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Il y a tellement de raisons pour qu'un film soit "chiant", il peut être lent, contemplatif, mal rythmé, choquant, égocentrique, etc. À Marseille, les amoureux du cinéma veulent "valoriser des films passionnants" en utilisant "un concept marketing douteux" , selon Emmanuel Germond, artiste et créateur du Fific (le Festival international du film chiant).

L'événement revendique ces "handicaps commerciaux qui font de ces ovnis radicaux, des créations efficaces et attachantes" .

Les organisateurs jouent leur va-tout et présentent dès ce samedi en proposant un film "dans [le genre] chiant, le plus large possible" . Il s'agit de Häxan, la sorcellerie à travers les âges , un film dano-suéduois muet de Benjamin Christensen sorti en 1922. Petit décryptage de la part de l'équipe qui organise le festival, cette bobine scandinave est chiante pour les raisons suivantes : "Pas de son, pas de couleurs, improvisation musicale et psychédélisme." Les spectateurs sont prévenus.

Autre pépite proposée mardi prochain à Marseille, un "film chinois chiant" pour cause de "longueur, aucune action, thème historique, pays communiste, âge du personnage principal" . Ce (très très) long métrage de 3h17 sorti en 2007 nous présente la vie d'une Chinoise si enthousiaste à propos de l'idéal socialiste qu'elle "est prête à toutes les sanctions pour retrouver son titre quotidien de camarade" .

De l'aveu même de l'organisateur adepte du second degré, cette édition est un test. L'idée est de proposer l'an prochain un soirée autour du court-métrage intitulée "Petit mais déjà chiant" .

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festivals d'été

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.