Exposition "On the wall" au Grand Palais : beaucoup d'images de Michael Jackson, mais peu de musique

À partir d'aujourd'hui et jusqu'au 14 février, le Grand Palais à Paris met en lumière Michael Jackson dans son exposition "On the wall". Une exhibition qui montre l'impact du chanteur sur les artistes depuis les années 80. Portraits, photos, ou encore chants a capella. On vous fait visiter.

Ce portrait de Michael Jackson en armure chevauchant fièrement un cheval est le tableau qui accueille les visiteurs à l\'entrée de l\'exposition \"On the wall\" visible au Grand Palais. Ce portrait est le dernier commandé par le chanteur avant sa mort. Il est directement inspiré d\'un tableau de Rubens. 
Ce portrait de Michael Jackson en armure chevauchant fièrement un cheval est le tableau qui accueille les visiteurs à l'entrée de l'exposition "On the wall" visible au Grand Palais. Ce portrait est le dernier commandé par le chanteur avant sa mort. Il est directement inspiré d'un tableau de Rubens.  (ANNE CHEPEAU / RADIO FRANCE)

Près de dix ans après sa mort, Michael Jackson s'affiche au Grand Palais à Paris pour une exposition intitulée "On the wall". Le thème : l'impact du roi de la pop sur les artistes depuis les années 80. 

Et dès l'entrée, le ton est donné puisque c'est un Michael Jackson en armure chevauchant fièrement un cheval qui accueille les visiteurs. Ce portrait est le dernier commandé par le chanteur avant sa mort et il est directement inspiré d'un tableau de Rubens. 

De Warhol à David La Chapelle

Car les artistes ont été nombreux à s'emparer du visage et du corps de Michael Jackson. En premier Andy Warhol au début des années 80, comme l'explique Vanessa Desclaux, commissaire associée de l'exposition : "Il l'a photographié avec ses frères et dès 1982, Andy Warhol commande à un artiste un portrait de Michael Jackson. En 1984, cette fois c'est le Time qui demande à Andy Warhol de faire une couverture avec un portrait de Michael Jackson. C'est là qu'il va choisir une photo du chanteur pour faire une de ses fameuses sérigraphies, qu'il décline avec différents fonds colorés. On a dans l'exposition deux de ces portraits."

Autre artiste à s'être intéressé au chanteur, le photographe David La Chapelle. Avec lui, Michaël Jackson apparaît en martyr des temps modernes dans un triptyque à connotation religieuse : trois grands formats très kitsch réalisés après sa mort. 

Triptyque de David La Chapelle, représentant le chanteur Michael Jackson, visible dans l\'exposition \"Michael Jackson - On the wall\" au Grand Palais à Paris.
Triptyque de David La Chapelle, représentant le chanteur Michael Jackson, visible dans l'exposition "Michael Jackson - On the wall" au Grand Palais à Paris. (ANNE CHÉPEAU / FRANCEINFO)

Parmi les autres portraits de Jackson, celui du peintre chinois Yan Pei Ming. Il a été spécialement réalisé pour l’exposition, tout comme les trois créations vidéo commandées à des chorégraphes français : dans celle réalisée par Jacques Gamblin, Raphaëlle Delaunay mêle avec bonheur la gestuelle célèbre de l’artiste à la danse classique, sur une partition de Lully.

Portrait de Michael Jackson réalisé par le peintre chinois Yan Pei Ming, visible au Grand Palais à Paris dans l\'exposition \"Michael Jackson - On the wall\".
Portrait de Michael Jackson réalisé par le peintre chinois Yan Pei Ming, visible au Grand Palais à Paris dans l'exposition "Michael Jackson - On the wall". (ANNE CHÉPEAU / FRANCEINFO)

Michael Jackson sans voix ? 

Si le corps du chanteur est très présent dans l'exposition, sa musique en revanche est presque absente. Un manque comblé par l’installation vidéo de l’artiste sud-africaine Candice Breitz. Dans cette oeuvre, on entend l’album Thriller chanté a cappella par 16 fans filmés individuellement. 

L'exposition "Michael Jackson - On the wall" est à voir au Grand Palais jusqu'au 14 février.

Le reportage d'Anne Chepeau est à écouter ici : 

Reportage exposition "Michael Jackson - On the wall" au Grand Palais
--'--
--'--