"Le rêve de l'eau" de Jean-Michel Othoniel met en lumière le Palais idéal du Facteur Cheval

À l'occasion des 110 ans de sa construction, le Palais idéal du Facteur Cheval à Hauterive accueille pour la première fois en son sein une autre oeuvre : celle de l'artiste stéphanois Jean-Michel Othoniel faite de fontaines et de vitraux.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le rêve de l'eau, une installation dans le Palais du Facteur Cheval (France 3)

Il y a 110 ans, le facteur d'Hauterive dans la Drôme a fait de son rêve une réalité en construisant de ses mains un palais. Son palais idéal, fait de galets, de cailloux et de sable qu'il ramassait lors de ses tournées. Un monument de l'art brut qui a été classé monument historique en 1969 par André Malraux.

Ce palais crée par un seul homme fête son centenaire. Une belle occasion pour mettre en lumière la création de Ferdinand Cheval, source d'inspiration pour les artistes surréalistes et les projets les plus fous.

Aujourd'hui, c'est le Stéphanois Jean-Michel Othoniel qui s'est emparé du palais, mais sans le dénaturer. Il a créé une oeuvre unique dans l'idée de poursuivre le rêve du facteur qui souhaitait que la façade soit animée par une cascade. Une installation baptisée Le rêve de l'eau.

On peut imaginer que cette eau ramenait à la vie. C'est ce que j'ai voulu dans ce projet, ramener cette idée de vie qui était très importante pour le facteur.

Jean-Michel Othoniel

artiste-sculpteur

Le palais idéal du facteur Cheval
France 3

Une installation autorisée pour la première fois

Avec ses fontaines en vitraux qui jouent avec la lumière tout autour et à l'intérieur du palais, l'installation de Jean-Michel Othoniel redonne vie à ce monument. C'est la toute première fois qu'une création contemporaine rentre dans ce lieu singulier.

Le directeur des lieux a donné carte blanche à Jean-Michel Othoniel pour rehausser l'oeuvre de sable et de galets dans l'enceinte même du Palais idéal. Les deux univers singuliers s’y rencontrent avec poésie autour de l’eau et de la lumière dans le parcours enchanteur d’un labyrinthe architectural. 

Il y a un dialogue entre les deux où chacune garde son intégrité et vient souligner les aspects de l'une de l'autre.

Frédéric Legros

directeur du Palais du Facteur Cheval

"Le rêve de l'eau" au Palais du Facteur, jusque début novembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.