Le musée des Confluences de Lyon met à l'honneur la collection d'Émile Guimet

L'espace Guimet qui vient d'ouvrir ses portes met en avant 250 pièces confiées à ses collections, dont certaines datent de deux siècles. Issus des sciences humaines et naturelles, ces dons permettent avant tout aux collectionneurs de voir leurs oeuvres préservées des affres du temps. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La galerie Émile Guimet au musée des Confluences de Lyon (© musée des Confluences, Bertrand Stofleth)

Le musée des Confluences de Lyon rend hommage à ses donateurs avec un nouveau parcours permanent. La galerie Émile Guimet s'inscrit naturellement dans la collection du musée des Confluences qui, lors de sa création, avait reçu une grande partie des réserves du Musée Guimet de Lyon (fermé en 2007).

Expo galerie Guimet au musée des confluences

Parcours de vie, passion du monde

Grâce à un choix de 250 objets et spécimens d’exception issus de dons ou de legs, la Galerie Émile Guimet témoigne à la fois des parcours de vie des collectionneurs et de la mémoire collective. Aventuriers, anthropologues ou ethnologues, ce nouvel espace met à l'honneur ceux sans qui ses collections n'existeraient pas. Le premier d'entre eux est l'industriel lyonnais Émile Guimet, qui montait dès 1878 une exposition sur les religions d'Extrême Orient. "C'est d'abord un grand curieux, fils de l'industriel Guimet qui invente d'ailleurs le 'Bleu Guimet' et qui va ramener de ses voyages en Asie un très grand nombre d'objets pour témoigner des cultures du monde", explique Eric Lesec, directeur des relations extérieures du Musée des Confluences. 



Léopard des neiges Panthera uncia 2005 - Asie centrale Collection du zoo de Saint-Martin-la-Plaine, don en 2000

 (© musée des Confluences – Bertrand Stofleth)

Voyage au coeur de la vie animale et végétale

Composées comme des petits théâtres, les vitrines dévoilent toute l’esthétique des pièces présentées. Quatre-vingts donateurs sont à l’honneur à travers des objets révélateurs d’un regard, d’un frisson de découverte, d’un désir de savoir, d’une volonté de partage. Tout est ici passion scientifique, goût des voyages, bonheur artistique, richesse des rencontres et exploration de la nature. À l'image de la botaniste lyonnaise Clémence Lortet qui fit don de ses herbiers dans les années 1820, alors que les sciences étaient encore interdites d'exercice par les femmes. "Les collections de botanique sont assez rares en France parce que le matériel est très fragile, il y a des programmes de recherche lancés par des Rhône-alpins pour connaître les patrimoines génétiques des plantes alpines, c'est pourquoi cette collection est importante", souligne encore l'expert.

Herbier de plantes alpines Début du 19e siècle Europe, Alpes Collection de Clémence Lortet, dons de sa famille en 1929 et 2009 (© musée des Confluences – Bertrand Stofleth)

Beaucoup plus proche dans le temps, ce don en 2018 de près de 6000 oiseaux naturalisés, effectué par le petit fils d'un zoologue. "Il s'intéressait à la couleur et à la question scientifique des plumages, cette collection est une véritable référence scientifique", assure Eric Lesec. Léguer leurs oeuvres permet aux collectionneurs de les savoir préservées et exposées.

Choucador de Swainson Collection d’Hubert Bonnetain, don en 2018 (© musée des Confluences)

L'espace Guimet du Musée des Confluences est gratuit d'accès et ouvert durant les week-ends et les vacances scolaires. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.