"La Grange des damnés", un court métrage historique sur une épidémie dansante au Moyen-âge, en tournage en Bretagne

 Le film s'inspire de l'épidémie dansante survenue en 1518 à Strasbourg. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Tournage du court-métrage, La Grange des damnés (France Télévisions / France 3 Bretagne)

"La Grange des damnés" retrace l'histoire d'Eliabelle une jeune-femme qui doit faire face au tribunal de l'Inquisition. Le court-métrage s'inspire de l'épidémie dansante de juillet 1518 à Strasbourg. Des centaines de personnes s'étaient mises à danser durant des jours et des nuits. Plusieurs d'entre elles en sont mortes 

Tournage de la Grange des damnés

L'épidémie de Strasbourg débuta en juillet 1518 lorsqu'une femme, se mit à danser avec ferveur dans une rue de Strasbourg pendant quatre à six jours. En une semaine, une trentaine d'autres personnes s'étaient mises à danser et en un mois, elles furent aux alentours de 400. On ignore encore aujourd'hui pourquoi ces personnes ont été prises d'une telle frénésie.

Épidémie et place des femmes 

La Grange des damnés, ne retrace pas précisément cette histoire mais s'en inspire. L'action se passe ici en1264 dans un petit village français. "On parle aussi de la place des femmes dans un système judiciaire qui est dominé par des hommes et qui est patriarcal", précise Charles Meyrault, le réalisateur. 

Tourné en pleine crise sanitaire, ce film sur une épidémie et la condition des femmes trouve une résonance particulière même s'il s'agit bien d'un film d'époque en costumes, une reconstitution historique. Ce tournage est d'ailleurs très ambitieux. Le film réunit 400 figurants, des étudiants en cinéma et il a reçu le concours d'associations de reconstitution historique. La Grange des damnés est porté par l'association rennaise la Ve rafale et a fait l'objet d'un financement participatif. Sa sortie est prévue en septembre 2021.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.