Festival du court métrage de Clermont : "Chienne" et "La Sphinx", deux pépites à découvrir parmi les 200 films de la sélection

Privé de projections en public, le grand rendez-vous du court-métrage opte pour une édition virtuelle sur internet afin d'exister malgré la pandémie.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Extrait de "La Sphinx", film de la Tito Gonzalez Garcia présenté en ligne lors du  43e festival du court métrage de Clermont-Ferrand (France 3 Aura)

213 films à 12 euros ! C’est l’offre du festival du court métrage de Clermont-Ferrand, cette année. À défaut de pouvoir accueillir le public en salle, ce sont les salles de cinémas qui s’invitent chez les cinéphiles. Toute l'édition 2021 est à savourer en ligne du 29 janvier au 6 février.

Festival court-métrage de Clermont

"Chienne", un uppercut de quinze minutes

Pas de fête du cinéma cette année mais bien des découvertes. Avec le festival en ligne les films sélectionnés seront visibles dans toute la France. Parmi eux, Chienne, de la réalisatrice installée en Belgique, Bertille Estramon. Présenté dans la compétition internationale, ce court métrage est un des coups de cœur des organisateurs du festival.

Durant quinze minutes, l'intrigue plonge le spectateur aux cotés de Lucie, une adolescente en chasse de son agresseur. "Je l'ai pris comme un vrai uppercut. C'est un film extrêmement juste sur l'écriture de son personnage principal qui doit faire face au traumatisme qu'elle a vécu", rapporte Julie Rousson, déléguée générale de Sauve qui peut le court métrage. 


Pour intensifier la situation du personnage, la caméra de la réalisatrice est au plus proche de son interprète. "On voulait vivre cette expérience avec elle au-delà de faire le portrait de quelqu'un qui vit un traumatisme, c'est pour ça que l'on a décidé de la filmer d'aussi près", explique Bertille Estramon. Dans le rôle principal, on retrouve la jeune comédienne belge Martha Canga Antonio, découverte dans Black, et vue récemment dans Cleo.

Clermont pour décor d'une dystopie 

Clermont ne verra pas l'ambiance du court mais on verra Clermont dans la sélection. Avec La Sphinx,Tito Gonzalez Garcia fait renaître le mythe d’Œdipe sur les toits d'un quartier HLM emblématique de la ville. Ainsi, la dite "muraille de Chine" (en passe d'être prochainement détruite) devient le décor d'une dystopie inquiétante. Le comédien Dorian Sauvage a participé au tournage en juillet 2019 de cette fiction fantastique. "C'était un décor très cinégénique puisque les appartements étaient vides, il n'y avait personne dans les couloirs, certaines portes étaient condamnées, ça donnait un aspect post-apocalyptique qui était très raccord avec l'ambiance du film", raconte le comédien.

Durant 27 minutes, le film transporte le spectateur dans les méandres de la barre d'immeuble où des personnages troublants surgissent sur les toits. Pour incarner cette étrange chimère, le réalisateur Tito Gonzalez a choisi le danseur le danseur chorégraphe François Chaignaud


Cette année, pour le prix d'une place de cinéma plus de 200 films embarquent le spectateur, loin, dans le réel ou dans l'étrange.

153 films composent les trois compétitions internationale, nationale et labo. Le prix du public est maintenu et chacun pourra, comme chaque année, voter pour son coup de cœur dans chacune des compétitions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.