Cet article date de plus de deux ans.

"Les pionnières de l'astronomie" : l'Observatoire de la Côte d'Azur met en lumière des femmes souvent oubliées

Elles ont participé à des découvertes majeures dans l'histoire de l'astronomie, mais ce sont souvent les hommes avec qui elles travaillaient qui ont récolté les éloges et les prix. L'Observatoire de la Côte d'Azur, à Nice, met à l'honneur 19 femmes dans l'exposition "Les pionnières de l'astronomie" à découvrir jusqu'au 13 mai. 

Article rédigé par Marie Pujolas
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Exposition "Les pionnières de l'astronomie" à Nice (France 3 Côte d'Azur)

19 femmes et 6 hommes se partagent l'espace d'exposition. Les pionnières de l'astronomie s'intéresse plus particulièrement à l'importance des travaux de recherches de nombreuses astronomes trop facilement tombées dans l'oubli. Qui se souvient de Nicole-Reine Lepaute (1723-1788), l'une des plus brillantes scientifiques du siècle des Lumières ? Ou encore de Maria Mitchell (1818-1889), qui fut notamment la première femme à être nommée professeure d'astronomie aux États-Unis ? Autant de destins et d'histoires à découvrir à Nice, dans le cadre spectaculaire de l'Observatoire de la Côte d'Azur

{}
Exposition "Les pionnières de l'astronomie" à Nice {} (FTR)

Du XVIIIe siècle à nos jours, le parcours des femmes scientifiques est semé d'embuches. Alors que l'exposition présente au public les travaux et les biographies de ces femmes qui ont compté dans la construction de nos connaissances en astronomie, on réalise également que si leur place a bien évolué, le chemin pour l'égalité reste long dans ces domaines d'excellence. Ainsi à l'observatoire de la Côte d'Azur, seuls 20% des chercheurs et chercheuses sont des femmes. "Je pense que la société fait que les filles s'engagent moins dans les sciences, et cela se joue dès l'adolescence", explique Olga Suarez, responsable du service éducatif de l'observatoire . "Il y a un peu cette idée que les sciences dures (pas au sens de difficile, mais les matières qui exigent beaucoup de mathématiques) sont adaptées aux garçons. Et ça c'est ancré dans la société, c'est cela qu'il faut changer."

Un prix Nobel pour son directeur de thèse

Parmi les parcours qui font comprendre l'injustice vécue par ces scientifiques, il y a l'histoire de Jocelyn Bell, une astrophysicienne britannique née en 1943. "Elle a contribué à la découverte des pulsars (des étoiles en fin de vie) pendant sa thèse. Le prix Nobel a été donné à son directeur de thèse et pas à elle", raconte Olga Suarez. C'est en 1967, alors qu'elle est étudiante à l'Université de Cambridge, que Jocelyn Bell est la première à observer ces étoiles. En 1974, l'attribution du prix Nobel à son directeur de thèse Anthony Hewish créa tout de même une vive polémique. 

Les hommes présents aussi 

Si cette exposition est centrée sur le rôle des femmes dans l'astronomie, les hommes ne sont pas oubliés pour autant. Six scientifiques, parmi lesquels Galilée ou encore Einstein sont mis à l'honneur, mais pas au premier plan. Ce qui n'est pas une habitude pour eux !

Les pionnières de l'astronomie, Observatoire de la Côte d'Azur - Boulevard de l’Observatoire, Nice - visite uniquement sur réservation de 14h à 16h30 les samedis 19 et 26 mars, les mardis 12, 19 et samedi 30 avril et les mercredis 4, 11 et vendredi 13 mai 2022 - Tél. : +33 (0)4 92 00 30 11

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.