Enregistrer un album en pleine crise sanitaire, le défi du groupe pop-rock lyonnais Identity

Le groupe lyonnais Identity prépare un troisième album. Un véritable challenge alors que le monde de la culture est privé d’activités artistiques depuis des mois.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le groupe Identity en répétition avant l'enregistrement de leur dernier album  (B.Métral / France Télévisions)

Malgré un avenir incertain, des artistes se battent pour survivre. C’est le cas notamment de ce groupe lyonnais pop-rock. Grâce à la générosité de fans, Identity retourne en studio pour produire un nouvel album appelé Dream on.

Lyon: portrait du groupe Rock Identity

Continuer à avancer

"Ça fait très plaisir de pouvoir retrouver les copains pour jouer et puis envisager un futur", se réjouit Vanessa di Mauro, la chanteuse du groupe. Après presque une année sans concerts, Identity - fondé en 2017 - a renoué avec la production musicale. Le groupe a posé ses instruments dans un studio de la région lyonnaise pour enregistrer un nouvel opus.

"C’est une sorte de délivrance, une concrétisation de ce qu’on a pu travailler pendant les confinements", raconte Steve Marsala, guitariste. Avec Dream On (qui veut dire rêvons en anglais), le groupe veut se projeter au-delà de la crise sanitaire. Un après Covid qu‘ils attendent avec impatience. "On ne sait pas si cela va repartir. Mais on fait tout pour être prêts", explique la chanteuse du groupe.

6000 euros réunis en financement participatif 

Pour cet album, les musiciens ont fait appel au financement participatif. 6000 euros réunis en proposant aux fans d'acheter l'album avant sa sortie. Une belle somme. "C’est une manière de leur donner rendez-vous. On a de l’actualité, des choses qui se projettent. Quand on voit l’intéraction que cela suscite sur les réseaux sociaux, c’est stimulant", conclut Fabrice Dutour, également guitariste du groupe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.