Dans les pas de Michel Ange, le peintre italien Oleg Supereco expose ses dessins dans la cathédrale La Major à Marseille

L'exposition rassemble les cartons préparatoires à la grande fresque de la coupole de la basilique de Notto en Italie.

Un des dessins d\'Oleg Supereco
Un des dessins d'Oleg Supereco (M. Peleran / France Télévisions)

Il fallait bien un monument de la taille de la cathédrale Major, à Marseille, pour accueillir les dessins de sept mètres de haut d'Oleg Supereco. Il s'agit des cartons préparatoires à la fresque, que le peintre italien a réalisé sur la coupole de la cathédrale de Noto en Sicile.

Quand il a peint, au plafond de la cathédrale de Noto, Marie et les apôtres réunis durant la Pentecôte, Oleg Supereco a pû se prendre pour Michel Ange. Les personnages aux mains tendues vers une colombe ne sont pas sans rappeler le chef d'oeuvre de la Chapelle Sixtine. La dimension des cartons préparatoires, sept mètres de haut, suspendus aux colonnes de la Major donne une idée du travail accompli par le peintre italien. 

Aucun droit à l'erreur

Ce qui surprend le visiteur, c'est l'aspect déformé de certaines parties des dessins. Le peintre en donne l'explication : "La coupole de Noto a cette particularité que la partie basse doit être allongée. La figure de la partie basse est beaucoup plus déformée que la partie haute". Un travail de perspective qui ne laisse pas de place à l'erreur, sous peine de perdre tout le travail entrepris.

Une touche personnelle

Formé à l'Académie des Beaux-Arts de Moscou, Oleg Supereco s'est inspiré du classicisme grec et des peintres de la Renaissance italienne tels Michel Ange et Raphael, en ajoutant sa touche personnelle. Il a donné aux quatre évangélistes de la coupole les traits de certains de ses amis, et a donné son visage à Saint-Jean.

C'est sa grande maîtrise des fresques qui lui a valu d'être choisi en 2007 pour peindre la coupole de la cathédrale Saint-Nicolas reconstruite après le tremblement de terre de Santa Luciade en 1990.

L'exposition organisée par le consulat d'Italie et l'Institut culturel italien de marseille est visible jusqu'au 9 février.