Dans l'Ain, diminués par un accident ou la maladie, ils réapprennent à conduire grâce à un simulateur

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
SIMULATEUR_CONDUITE
Article rédigé par
France Télévisions

Retrouver le goût de conduire et la confiance en soi derrière le volant. C’est ce que propose à ses patients un centre réputé de réadaptation dans l’Ain. Il vient d’investir dans un simulateur de conduite dernier cri. #IlsOntLaSolution

Le centre Orcet-Mangini à Hauteville-Lompnès dans l’Ain, spécialisé dans les soins de suite et de réadaptation, prend en charge des patients pour des séjours en rééducation fonctionnelle, suite à une maladie ou un accident. Des patients qui depuis peu ont la possibilité de réapprendre à conduire grâce à un simulateur dernier cri. Un investissement de 73 000 euros pour permettre à ces femmes et ces hommes de se projeter dans leur nouvelle vie.

Reprendre confiance

Jean-Michel est là depuis mai dernier. Le diabète a considérablement réduit sa motricité et il ne peut plus se servir de ses jambes comme autrefois. Avant de quitter le centre, il a voulu réapprendre à conduire, sans les pédales. Grâce au simulateur, il se familiarise au fonctionnement d’un véhicule adapté où se sont les mains qui font tout. La gauche gère le volant et les commandes quand la droite s’occupe d’accélérer ou de freiner. Des séances sous la surveillance d’un ergothérapeute qui peut ainsi mettre en place les séances de rééducation adéquates pour permettre à Jean-Claude de s’améliorer.

Pour Fadoua, le défi est différent. La jeune femme pourra conduire normalement, mais après un accident de la route, on ne sait pas comment le patient peut réagir au volant. Le travai sur simulateur est pour elle l’occasion de reprendre confiance petit à petit et de voir les limites de sa jambe droite blessée. Là aussi, en cas de faiblesse, notamment dans des exercices de freinage d’urgence, de nouvelles séances de rééducation pourront lui être prescrits.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En régions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.