Dopée par la pandémie, la consommation de culture en ligne a augmenté en 2020

Un baromètre publié par Hadopi révèle que le nombre de consommateurs de biens culturels en ligne a "atteint des niveaux record" en 2020, notamment durant la quatrième semaine du premier confinement. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
(Image d'illustration). Une adolescente regarde le concert en ligne de Sienna, en Espagne.  (CARLOS ALVAREZ / GETTY IMAGES EUROPE)

La crise sanitaire a bel et bien dopé les biens culturels en ligne : 83% des internautes français, soit 40 millions de personnes, en ont consommé, ce taux ressortant en hausse de deux points par rapport à 2019, selon un baromètre publié jeudi 11 février par l'Hadopi. En augmentation constante depuis 10 ans, le nombre de consommateurs de biens culturels en ligne a "atteint des niveaux record" en 2020, relève dans un communiqué la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet.

Notamment durant "la quatrième semaine de confinement, au printemps dernier, avec 89% d'internautes français âgés de 15 ans et plus qui ont consommé au moins un bien culturel en ligne" et en particulier films, séries TV et musique, détaille l'organisme. L'étude annuelle de l'Hadopi mesure les usages en ligne concernant neuf biens culturels à savoir musique, films, séries, photos, jeux vidéo, logiciels, livres numériques, presse en ligne et retransmissions sportives en direct.

Augmentation des abonnements aux plateformes de streaming

Au printemps 2020, près d'un tiers (31%) des internautes s'est abonné à au moins une offre pendant cette période, surtout à des services de vidéo à la demande.
Par ailleurs, en janvier 2021, 31% des consommateurs déclarent consommer désormais plus de biens culturels qu'avant le deuxième confinement, indique l'Hadopi. En dépit de l'existence d'une offre de spectacles vivants en ligne, la plupart d'entre eux (65%) affirment "vouloir retourner dès que possible au cinéma, au théâtre ou dans les salles de concert" et ce, quelles que soient les tranches d'âge ou le fait d'être abonné ou non à une offre culturelle.

L'an dernier, "la baisse de la consommation illicite engagée depuis trois ans a été interrompue", celle-ci s'étant stabilisée à 26% comme en 2019, constate l'entité, pointant du doigt son intensification à un niveau hebdomadaire. L'Hadopi avance ainsi un taux de 43% de consommateurs illicites de films au moins une fois par semaine en 2020 contre 36% l'année précédente. Même tendance pour les séries (57% contre 46% en 2019), les livres (49% contre 34%) et les retransmissions sportives en direct (46% contre 36%).

Mais "seuls 46% des consommateurs illicites de biens culturels dématérialisés considèrent désormais le prix de l'offre légale comme un obstacle et 62% des internautes accèdent au moins à un abonnement payant", détaille l'organisme. Selon ses données, le panier moyen mensuel pour les biens culturels dématérialisés a atteint la somme de 30 euros en 2020.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.