Dégradation au Louvre-Lens : la jeune femme pénalement irresponsable

Elle avait été interpellée jeudi pour avoir inscrit "AE911" au marqueur noir sur le tableau "La liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix. L'expert psychiatre a demandé son hospitalisation d'office.

\"La Liberté guidant le peuple\", exposée le 3 décembre 2012 au musée du Louvre-Lens (Pas-de-Calais).
"La Liberté guidant le peuple", exposée le 3 décembre 2012 au musée du Louvre-Lens (Pas-de-Calais). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

La jeune femme qui avait tracé une inscription jeudi sur La Liberté guidant le peuple de Delacroix au Louvre-Lens a été examinée vendredi 8 février. L'expert psychiatre a conclu à son "irresponsabilité pénale" et demandé son hospitalisation d'office en hôpital psychiatrique, selon le procureur de Béthune (Pas-de-Calais), Philippe Peyroux.

La jeune femme avait été interpellée jeudi pour avoir inscrit "AE911" au marqueur noir sur le célèbre tableau d'Eugène Delacroix, peu avant la fermeture du musée. Elle avait été appréhendée sur place par un agent de surveillance, aidé par un visiteur. Elle a été vue en visioconférence vendredi après-midi par un magistrat du parquet de Béthune, qui l'a trouvée "très fatiguée, pas du tout bien dans son assiette et dans son raisonnement", a précisé le procureur.

La direction du Louvre-Lens avait annoncé vendredi après-midi que l'inscription avait pu être "retirée intégralement" du tableau et que celui-ci serait présenté à nouveau au public dès samedi matin.