Déconfinement : grands musées, cinémas, salles de concert et théâtres restent fermés après le 11 mai, annonce Edouard Philippe

Tout événement qui rassemble plus de 5 000 reste interdit jusqu'en septembre, pas de cinéma, de théâtre, de concert ou de visite dans un grand musée dans l'immédiat

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le théâtre du Châtelet (TRIPELON-JARRY / ONLY FRANCE / AFP)

Les grands musées, les cinémas, les salles de concert et les théâtres resteront fermés après le 11 mai et tout évènement de plus de 5 000 participants est interdit jusqu'en septembre, a annoncé mardi 28 avril le Premier ministre Edouard Philippe, qui présentait à l'Assemblé nationale son plan pour sortir progressivement du confinement décrété à la mi-mars pour lutter contre l'épidémie coronavirus

Seule note positive dans ce sombre tableau pour le monde la culture : les médiathèques, bibliothèques et petits musées pourront rouvrir leurs portes dès le 11 mai "parce qu'ils peuvent fonctionner plus facilement en respectant les règles sanitaires", a précisé le Premier ministre. "A contrario, les grands musées, qui attirent un grand nombre de visiteurs hors de leur bassin de vie, les cinémas, les théâtres et les salles de concert, où l'on reste à la même place dans un milieu fermé, ne pourront pas rouvrir", a-t-il dit devant les députés.

Edouard Philippe a également précisé que les "salles des fêtes, les salles polyvalentes resteront également fermées, jusqu'au 1er juin".

Pas d'événement regroupant plus de 5 000 personnes avant septembre

En outre, tous "les évènements qui regroupent plus de 5 000 participants" ne "pourront se tenir avant le mois de septembre". Cette mesure concerne "les grandes manifestations sportives, culturelles, notamment les festivals, les grands salons professionnels, tous les évènements qui regroupent plus de 5 000 participants et font à ce titre l'objet d'une déclaration en préfecture et doivent être organisés longtemps à l'avance" a-t-il détaillé.

Le coronavirus a déjà entraîné des centaines de millions de pertes dans le monde de la culture et est une véritable catastrophe notamment pour le spectacle vivant, un secteur à l'économie déjà très fragile. En France, il a déjà été échaudé par un mois et demi de grève contre la réforme des régimes spéciaux en décembre et janvier.

Côté festivals, celui d'Avignon, la plus célèbre manifestation de théâtre au monde, a déjà été annulé cet été, de même que les grands festivals de musiques actuelles comme les Eurockéennes à Belfort, les Vieilles Charrues à Carhaix (Finistère) et les Francofolies à La Rochelle. Le festival Rock en Seine, en région parisienne, prévu du 29 août au 1er septembre (100 000 spectateurs l'an passé) semble sur la sellette.

Cannes toujours dans le flou

Le flou entoure toujours le Festival de Cannes. Son délégué général Thierry Frémaux a refusé jusqu'ici de jeter complètement l'éponge, affirmant que la manifestation pourrait se maintenir sous une autre forme. Il a notamment évoqué la possibilité d'une alliance de Cannes avec la Mostra de Venise, si cette dernière pouvait se tenir en septembre.

Mais d'ici là, vingt festivals de cinéma de premier plan, notamment Cannes, Venise, Berlin ou Toronto, vont participer à un événement virtuel qui offrira gratuitement des films sur YouTube. Ce festival "We Are One: A Global Film Festival" (nous ne faisons qu'un : un festival mondial du film) se tiendra du 29 mai au 7 juin en ligne et proposera des longs métrages, des courts métrages, des documentaires, de la musique et des tables rondes virtuelles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.