Cet article date de plus de deux ans.

Davantage de femmes, deux nouvelles stars et des grands noms au tapis : trois choses à retenir du "Guide Michelin 2019"

Le nouveau directeur du "Michelin" avait promis un rajeunissement et des surprises : il a tenu parole.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La couverture du "Guide Michelin 2017", le 9 février 2017 à Paris. (CHRISTIAN B?HMER / DPA)

Depuis 120 ans, il donne le tempo de la gastronomie française. Le Guide Michelin, dont l'édition 2019 est publiée lundi 21 janvier, avait annoncé son intention de faire peau neuve, avec un nouveau directeur et des promesses de rajeunissement et de féminisation. Les actes ont-ils suivi les paroles ? 

Un arrière-goût amer pour de grands noms

Plusieurs noms connus du grand public ont été rétrogradés par le célèbre guide rouge. A commencer par le chef Marc Veyrat, qui perd la troisième étoile que le Michelin lui avait décernée l'an passé. Le chef au chapeau s'est dit "terriblement déçu" sur Europe 1 : "C'est pire qu'injuste. Je n'arrive pas à comprendre. Ils ont voulu faire le buzz. On n'a rien compris à leurs justifications, toute l'équipe est abasourdie." Deux autres chefs sont rétrogradés de la même façon : Marc Haeberlin de L'Auberge de l'Ill, à Illhaeusern (Haut-Rhin) – étoilé depuis cinquante ans !– et Pascal Barbot de L'Astrance, à Paris. De la même façon, le restaurant de la famille Bras, qui avaient demandé à ne plus apparaître dans le guide, réapparaît dans ses pages, mais avec deux étoiles, contre trois en 2017. De quoi se mettre la rate au court-bouillon ? 

Le nouveau directeur du guide, Gwendal Poullennec, avait prévenu dans L'Express : "Une étoile est attribuée pour un an. Si la qualité de la prestation est au rendez-vous et qu'on ne décèle pas de faille, on n'a aucun problème à être réactifs. A la hausse comme à la baisse."

La mayonnaise monte pour deux nouveaux "triple étoilés"

Deux nouveaux triple étoilés rejoignent ce club très fermé : il y a au total 127 trois étoiles dans le monde, dont 27 dans l'Hexagone. Premier primé, Laurent Petit, "chantre de la cuisine lacustre et végétale" pour Le Point"J'obtiens les trois étoiles avec une racine d'endive, une tarte au chou...", a-t-il plaisanté. Le second, l'Italo-Argentin Mauro Colagreco, célèbre pour sa cuisine cosmopolite. "La cuisine française est la meilleure cuisine du monde et je suis venu en France pour ça", a-t-il dit d'une voix émue.

Champagne pour les femmes 

Tout en revendiquant sa totale liberté, "sans quota ni parti pris", le guide revendique un nombre record de femmes dans le contingent des "nouveaux étoilés". ll n'y avait jusqu'à présent que quinze cheffes primées, dont une seule à trois étoiles, Anne-Sophie Pic à Valence. Parmi les nouvelles venues, figure Stéphanie Le Quellec (La Scène, à Paris), ancienne lauréate de "Top Chef" en 2011 qui obtient sa deuxième étoile. Amélie Darvas et Gaby Benicio sont récompensées d'une étoile pour leur table héraultaise Aponem, qui a déjà eu les honneurs du Fooding, racheté par Michelin en 2017.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guide Michelin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.