Cet article date de plus d'un an.

Concert annulé à Metz : visé par des messages haineux, Bilal Hassani porte plainte

Les avocates de l'artiste ont déclaré à l'AFP avoir identifié "des particuliers ou des groupements identitaires qui ont envoyé des messages haineux, même après l'annulation du concert".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le chanteur français Bilal Hassani, lors du festival Lollapalooza, à Paris, le 16 juillet 2022. (FRED DUGIT / MAXPPP)

Porte-drapeau revendiqué de la communauté LGBT+, Bilal Hassani a été contraint d'annuler un concert prévu le 5 avril dans une ancienne église désacralisé depuis 500 ans, à Metz (Moselle). Expliquant que l'artiste avait été la cible de messages haineux, ses avocates ont déclaré, samedi 29 avril, avoir déposé une plainte auprès du procureur de la ville, pour "provocation publique et directe à commettre un crime ou un délit", "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence", "menace et harcèlement".

"C'est une plainte simple contre X à laquelle nous avons joint tous les éléments d'identification sur lesquels on souhaite que les enquêteurs se concentrent", ont précisé à l'AFP Isabelle Wekstein et Clara Steg. "On a identifié des particuliers ou des groupements identitaires qui ont envoyé des messages haineux, même après l'annulation du concert, à l'égard de notre client", ont-elles ajouté.

Les avocates disent poursuivre leur "travail de fourmi" en épluchant les réseaux sociaux. "Quand un tweet violent fait 500 000 vues, on ne peut pas considérer qu'il n'y a pas une responsabilité derrière", ont-elles fait valoir. 

Des plaintes contre des mouvements d'extrême droite

Dès le 6 avril, le parquet de Metz s'était autosaisi et avait ouvert une enquête contre X des chefs de "menaces de délit" et "provocation à la haine ou à la violence contre une personne en raison de l'orientation sexuelle" et de "provocation publique et directe non suivie d'effet à commettre un crime ou un délit", avait déclaré le procureur de la République adjoint, Thomas Bernard. 

Le 12 avril, dans l'émission Quotidien, Bilal Hassani avait déclaré avoir déposé plusieurs plaintes pour incitation à la haine, à la violence et pour discrimination, notamment contre les mouvements d’extrême droite Aurora, Civitas et le groupement "discussion natio Metz". 

Pour leur part, les associations Stop Homophobie et Mousse avaient également déjà déposé plainte contre l'association de catholiques traditionalistes Civitas pour discrimination en raison de l'identité de genre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.