Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Quand "Le Grand Bleu" a fait plouf au Festival de Cannes 1988

Avec un échec retentissant à la soirée d'ouverture du Festival de Cannes 1988, "le Grand Bleu" de Luc Besson commence mal sa carrière. Une partie de la salle le siffle et la critique l'enfonce sous l'eau... Le public lui fera bientôt un triomphe. Extrait de "Complément d'enquête" du 30 juillet.

"Quand Luc est sûr de quelque chose, comme sur Le Grand Bleu, il dit : 'C'est comme ça que je le sens.' Alors il fallait le faire…", se souvient le président de Gaumont, Nicolas Seydoux, qui pensait dans sa "grande naïveté" que les plans du troisième film de Luc Besson – après Le Dernier Combat et Subway – seraient tournés dans une piscine. En fait, des comédiens plongeant réellement à 30 mètres (trop risqué pour des stars mondiales) et un budget pharaonique !

Le cinéaste et ses comédiens, Jean Reno et Jean-Marc Barr, portent un smoking bleu quand ils montent, en compagnie de l'actrice Rosanna Arquette, les marches du Festival de Cannes 1988. Après neuf mois de tournage, le film fait l'ouverture du rendez-vous mondial du cinéma. "Des personnes quittaient la salle avant la fin, d'autres huaient le film ou applaudissaient. Et il y a eu des réactions très violentes des professionnels", témoigne Frédéric Sojcher, professeur à la Sorbonne, présent ce soir de première.

Le public plonge enfin en apnée

La presse assassine le film : "Le grand blues", "La mer à boire", "Ce film manque de producteur, de scénariste et même de metteur en scène""Ça s'est mal passé dès le début", confirme Gilles Jacob, alors président du Festival de Cannes, qui défend à l'époque son choix sur les plateaux. La polémique enfle pendant des semaines. "Petit à petit, le film s'installe et reste un an à l'affiche", précise-t-il. "Luc Besson a été blessé", témoigne enfin son acteur fétiche Jean Reno.

"J'ai 28 ans, je n'ai fait que trois films. Je suis un bambin dans le cinéma. J'apprends mon métier. Il ne faut pas que les critiques, qui ont entre 30 et 50 ans, me tapent dessus comme ça. C'est pas très sympa", plaide Luc Besson devant les caméras de télévision. Le public plonge enfin en apnée avec Jean-Marc Barr et Jean Reno, les jeunes adorent le film… Avec plus de neuf millions d'entrées, Le Grand Bleu se classe aujourd'hui parmi les plus grands triomphes du cinéma français !

(COMPLÉMENT D'ENQUÊTE / FRANCE 2)