Cet article date de plus d'un an.

Un plan de 22,5 millions d'euros pour faire de Marseille la capitale méditerranéenne du cinéma

Avec 1 200 jours de tournage par an, la cité phocéenne est la ville de France la plus filmée après Paris.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min
Marseille le 16 avril 2019. (VALLAURI NICOLAS / MAXPPP)

L'État et les collectivités ont dévoilé lundi 9 janvier les contours du volet cinéma du plan "Marseille en grand" voulu par Emmanuel Macron avec l'ambition de faire de la deuxième ville de France " la capitale du cinéma en Méditerranée".

" L'idée est de faire de Marseille la capitale méditerranéenne du cinéma et du tournage", a lancé la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak lors de la signature d'un protocole entre l'État, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), la ville et la métropole Aix-Marseille-Provence. Dans un premier temps, quatre projets seront poussés et financés à hauteur de 22,5 millions d'euros par l'État.

Tout d'abord, la création d'une base logistique pour les tournages, un besoin urgent à Marseille, qui -avec 1 200 jours de tournage par an, est la ville de France la plus filmée après Paris. Le plan prévoit en outre la création d'une antenne de la cinémathèque française à Marseille, la modernisation du Pôle média de la Belle-de-Mai ainsi que la création d'une antenne de la CinéFabrique, une école de cinéma créée à Lyon, très professionnalisante et qui met la mixité sociale au cœur de son projet.

Nouvelles infrastructures de tournage et de formation

D'ici le printemps, des projets pour de nouvelles infrastructures de tournage et de formation seront sélectionnés et financés afin de renforcer le maillage sur un territoire qui vient de dire au revoir à une institution, la série Plus belle la vie. Par ailleurs, à l'horizon 2027, la région ambitionne de créer une cité du cinéma réunissant la CinéFabrique et l'antenne de la cinémathèque sur le site du Dock des Suds.

A Marseille, " la lumière, les décors naturels, les gens (...), tout saute aux yeux", a estimé le maire de gauche Benoît Payan qui, comme les autres élus locaux, n'a pas manqué de superlatifs pour remercier le gouvernement de l'attention qu'il porte à la deuxième ville de France à travers son plan "Marseille en grand", qui souhaite recoudre la grande ville la plus pauvre de France sur tous les plans, des écoles aux transports en passant par la culture.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.