"The Phantom" : ce documentaire-enquête suggérant une erreur judiciaire pourrait-il influencer Biden sur la peine de mort ?

Le film de Patrick Forbes revient sur la condamnation à mort de Carlos de Luna accusé, manifestement à tort, du meurtre de Wanda Lopez, une caissière poignardée en 1983 dans une station-service au Texas.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Extrait de la bande annonce du film "The Phantom", de Patrick Forbes (CAPTURE D'ÉCRAN YOUTUBE)

Le réalisateur Patrick Forbes espère que son documentaire, The Phantom ("Le Fantôme"), sera "l'étincelle" qui fera bouger le président américain Joe Biden sur la peine de mort grâce à son message "très clair : un innocent a été exécuté".

Le film, qui sera en salles le 2 juillet aux États-Unis, retrace le meurtre de Wanda Lopez, poignardée un soir de 1983 dans une station-service de Corpus Christi, au Texas, où elle travaillait comme caissière.

Condamné à mort

Juste avant de mourir, la jeune femme avait appelé la police pour signaler un homme suspect. Le documentaire, une reconstitution minutieuse et glaçante, s'ouvre sur l'enregistrement de ses derniers mots: "Tu les veux? Prends-les, je te les donne. Je ne vais rien te faire, s'il te plait!"

Arrivés trop tard pour la sauver, les policiers se lancent à la poursuite du coupable, que des témoins ont vu fuir à pieds. Quarante minutes plus tard, ils arrêtent Carlos de Luna, un homme de 20 ans au casier déjà lourd, qui se cache sous une voiture. Convaincus de tenir le meurtrier, les enquêteurs ne cherchent pas plus loin, même s'il clame son innocence et ne présente aucune tache de sang.

Lors de son procès, Carlos de Luna explique avoir fui par peur d'être mis en cause et assure connaître le coupable : un certain Carlos Hernandez qu'il dit avoir connu en prison. Mais, confrontés à des photos des hommes de ce nom, il n'est pas en mesure de l'identifier. Et des mensonges à la barre fragilisent sa crédibilité. Le procureur en conclut que ce Carlos Hernandez est le fruit de son imagination, "un fantôme", et il est condamné à mort. Après le rejet de tous ses recours, il est exécuté en 1989.

"Anatomie d'une erreur judiciaire"

"A partir de là, la vérité a lentement commencé à jaillir", raconte à l'AFP le Britannique Patrick Forbes, qui a notamment réalisé Wikileaks : secrets et mensonges (2012). En 2004, le professeur de droit James Liebman de l'Université de Columbia, lance une contre-enquête avec l'aide de ses étudiants et d'un détective privé.

Ils découvrent que Carlos Hernandez a bel et bien existé. Mort en prison en 1999, alors qu'il purgeait une peine pour avoir agressé une femme avec un couteau, cet homme ressemblait comme deux gouttes d'eau à Carlos de Luna. En 2012, le professeur Liebman et ses étudiants publient un long article dans une revue juridique, titré "les deux Carlos : anatomie d'une erreur judiciaire", qui sert de base au film.

Patrick Forbes assure toutefois avoir entamé ses recherches sans opinion arrêtée. "Si mon film était un clip de campagne contre la peine de mort, il serait mauvais", dit-il. Méthodiquement, il a cherché tous les protagonistes de l'affaire et met à l'écran policiers, procureurs, avocats, témoins... Mais aussi des femmes qui ont été victimes de Carlos Hernandez et qui restent traumatisées par les violences qu'il leur a infligées.

L'une d'elle raconte qu'il s'est vanté auprès d'elle d'avoir tué Wanda Lopez et d'avoir échappé à la justice grâce à son "tocayo", un mot espagnol qui désigne une personne ayant le même prénom.

"Apporter des changements" sur la peine de mort

Aujourd'hui, Patrick Forbes pense détenir la vérité : "Elle est horrible, mais elle est aussi très humaine : les gens font des erreurs" et, selon lui dans ce dossier, "toutes les erreurs qui pouvaient être commises ont été commises". Mais elles s'inscrivent selon lui dans un système judiciaire qui ne donne pas des chances égales aux pauvres et aux minorités. "Le coupable est un homme pauvre hispanique, l'innocent exécuté est un homme pauvre hispanique, ils ne pouvaient pas être traités équitablement."

Alors il espère que son film aide à réhabiliter Carlos de Luna, mais aussi à "apporter des changements" plus larges. Pour ce faire, il a accepté que Le Fantôme soit mis au service d'une pétition qui demande au président démocrate Joe Biden de commuer la peine des condamnés à mort par la justice fédérale.

Le démocrate a dit pendant la campagne être opposé à la peine capitale mais n'a pris aucune décision depuis sa prise de fonction. Au contraire, son ministre de la Justice a demandé récemment la peine de mort pour l'auteur de l'attentat du marathon de Boston.

Patrick Forbes espère que le cas de Carlos de Luna "le pousse à changer". "Ne serait-ce pas fantastique qu'un film amène un changement concret ?"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.