Cet article date de plus de six ans.

"The Moment" ou comment contrôler l'histoire d'un film par la pensée

Marre de s'ennuyer au cinéma, des films sans fin et des yeux qui piquent ? Un scientifique britannique a trouvé la solution : "The Moment", un film contrôlé par son spectateur. Muni d’un bonnet bourré d’électrodes, chacun pourra modifier le contenu en fonction de ses pensées. Et de ses désirs inconscients.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
"The Moment", le premier film que vous pouvez contrôler grâce à votre cerveau et un casque connecté.
 (FANATIC STUDIO / SCIENCE PHOTO L / FST / SCIENCE PHOTO LIBRARY)

"The Moment", c’est le pari un peu fou de Richard Ramchurn, chercheur à l’université de Nottingham au Royaume-Uni. Contrairement à un film "banal", ce court métrage de 27 minutes évolue en fonction des émotions de son spectateur. Vissé sur la tête, un casque à électroencéphalogramme calcule l’activité du cerveau en direct. Il ne peut pas (encore) connaître les pensées les plus intimes mais se contente seulement de mesurer le degré d’attention. Ainsi, lors de la projection, si l’on pique du nez, la musique et le fil de la narration accélèrent. Au contraire, un cerveau très éveillé entraînera un développement plus approfondi et des personnages plus complexes. Seule la fin restera, elle, inchangée.

Une expérience en solo

Pour concevoir un tel film, Richard Ramchurn, 39 ans, a réalisé des dizaines de versions d’une même scène. Il a dû aussi trouver une multitude de musiques afin de créer différentes ambiances. Problème plutôt évident, il est impossible de vivre l’expérience à plusieurs. Oubliez donc pour le moment la convivialité des soirées entre amis. Ramchurn a tout de même imaginé un système à plus grande échelle : trois personnes pourraient être "à la tête" des opérations. L’une transformerait la musique, la seconde, la longueur des scènes et la dernière, les transitions. "The Moment" ne sera évidemment pas en salle tout de suite. Il sera présenté au Sheffield International Documentary Festival du 7 au 12 juin 2018 en Angleterre et a déjà sa bande-annonce.
"The Moment", la bande annonce

Des machines et des hommes

Si vous avez le pouvoir sur le déroulement du film, ce dernier n’en garde pas moins une trame, quelque peu complexe : dans un futur proche, les esprits sont contrôlés par des machines. Après avoir vu sa famille piégée par une milice, Astrea s’enfuit. Par chance (ou non), elle a le pouvoir de communiquer avec Telema, le programme chargé de piéger les humains. Complexe tout comme l’expérience, l’histoire s’adresse à un public amateur de science-fiction et d’anticipation. Peut-être même encore davantage qu’à des cinéphiles…

via GIPHY

Faire son menu

L’idée de Ramchurn est donc de "voir à travers les yeux d’un réalisateur", a-t-il confié au MIT Technology Review, un magazine scientifique américain. Cependant, le cinéma, et l’art plus généralement, ont pour but de faire découvrir des univers parfois bien éloignés de sa propre culture. De se laisser bercer et imprégner par une œuvre, sans intervenir. A l'inverse, cette expérience propose elle de s’écarter d’un des aspects fondamentaux de l’art : la découverte. Ainsi, en voulant mélanger art et nouvelles technologies, le chercheur sort du cadre établi et réfléchi par un artiste. Et laisse chacun devenir chef et faire son menu en fonction de ses goûts. Sans risquer d’être dérangé dans ses habitudes. Une certitude : si vous sortez déçu de la séance, vous ne pourrez en vouloir qu’à vous-même.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.