Roman Polanski : "J'accuse", une sortie de film sous tension

La sortie du dernier long-métrage de Roman Polanski, "J'accuse", prévue mercredi 13 novembre, a été très perturbée. Le réalisateur est rattrapé par des accusations de viol et de harcèlement. Plusieurs associations appellent à boycotter les projections du film. Une avant-première a été annulée mardi soir à Paris.

FRANCE 2

L'avant-première du film J'accuse, de Roman Polanski, devait avoir lieu dans une cinéma d'art et d'essai du Quartier latin, à Paris. Mais les spectateurs ont été accueillis aux cris de "Polanski violeur, public complice", par un collectif féministe qui voulait faire annuler la projection. Un slogan avec lequel les spectateurs n'étaient pas d'accord. "Considérer le public comme complice des actes de Polanski et l'empêcher de rentrer au cinéma, c'est un amalgame très malvenu", estime une femme.

"J'aurais préféré qu'il n'y ait pas de polémique"

Au même moment, sur les Champs-Élysées, une autre avant-première était organisée par le distributeur avec quelques invités, dont certains, comme Michaël Youn, ne cachaient pas leur embarras. "Je ne suis pas gêné d'être là parce que j'ai envie d'aller voir ce film, mais j'aurais préféré qu'il n'y ait pas de polémique. (...) Moi j'ai envie de la croire, je la crois d'ailleurs, cette femme. Mais bon, je ne suis pas juge, et il y a la présomption d'innocence", explique-t-il. Le film, qui revient sur l'affaire Dreyfus, sort mercredi dans 500 salles dans toute la France.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le producteur Nicolas Seydoux après l\'avant-première du film \"J\'accuse\" de Roman Polanski à Paris, le 4 novembre 2019.
Le producteur Nicolas Seydoux après l'avant-première du film "J'accuse" de Roman Polanski à Paris, le 4 novembre 2019. (THOMAS SAMSON / AFP)