"My Favorite War", un documentaire animé sur la propagande soviétique en pleine guerre froide, étonnant d'actualité

Lettonne, Ilze Burkovska Jacobsen raconte son enfance passée à l'époque de la domination soviétique des années 70, jusqu’à son émancipation.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
"My Favorite war" de Ilze Burkovska Jacobsen (2022). (DESTINY FILMS)

Mélangeant prises de vues réelles et animation, Ilze Burkovska Jacobsen réalise son premier long métrage, My Favorite War, qui sort mercredi 20 avril. Elle y retrace son enfance en Lettonie dans les années 70 sous influence soviétique. Un film qui résonne fort aujourd’hui avec la guerre en Ukraine, où les discours propagandistes ont fort à faire dans le conflit.

Propagande anachronique

En 1977, Ilze est une enfant qui s’engage dans des responsabilités de son âge, comme leader des pionniers de la jeunesse communiste lettonne. Plus elle grandit, plus Ilze développe un regard critique sur le régime autoritaire soviétique de son pays, jusqu’à la Perestroïka qui va libérer les esprits et le pays.

Etonnant de constater la synchronicité entre le conflit russo-ukrainien actuel et la sortie de My Favorite War. Le rapprochement réside dans la teneur du discours propagandiste soviétique articulé autour de la victoire contre le nazisme en 1944, durant la Guerre froide, aujourd’hui réutilisé par Vladimir Poutine pour justifier son invasion en Ukraine. Une constante idéologique anachronique et manipulatrice, conçue par un président, ex-cadre du KGB pendant la Guerre froide.

Les yeux noirs

Ilze Burkovska Jacobsen part de films amateur familiaux pour introduire son histoire, sa propre histoire. Cette intimité touche d’emblée et se transpose dans l’animation avec le charme d’un graphisme lié à l’enfance, mais aussi au sens du récit. Ainsi, tous ses personnages, adultes et enfants, ont de grands yeux noirs, comme s’ils étaient bouchés, noircis, aveuglés par le discours officiel. L’évocation de la propagande prend, elle, la forme de montages graphiques qui renvoient au pop art en dénonçant les grosses ficelles du pouvoir autoritaire.

La dramaturgie réside dans l’évolution d’Ilze qui, fervente jeune communiste, s’interroge progressivement sur la différence entre le discours glorificateur du pouvoir et la réalité. Les restrictions alimentaires le contredisent, et ses proches s’informent par des canaux qui battent en brèche les médias officiels. My Favorite War relève des récits particuliers qui touche l’universel, sous une forme originale, pertinente et esthétique.

L'affiche de "My Favorite war" de Ilze Burkovska Jacobsen (2022). (DESTINITY FILMS)

La fiche

Genre : Animation, biopic 
Réalisatrice : Ilze Burkovska Jacobsen
Pays : Lettonie, Norvège
Durée : 1h22
Sortie : 20 avril 2022
Distributeur : Destiny Films

Synopsis : Dans les années 70, la Lettonie est une République Socialiste Soviétique. Ilze, la réalisatrice, nous raconte son enfance en pleine guerre froide, sous un puissant régime autoritaire. D'abord fervente communiste, elle aiguise tant bien que mal son esprit critique face à l'endoctrinement national. Mais c'est l'adolescence qui lui permet enfin de conquérir une véritable liberté de pensée !

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.