"Little Girl Blue" : Mona Achache ressuscite sa mère, l'écrivaine et photographe Carole Achache, avec Marion Cotillard

Filmer le mystère de la création est un défi qui a rarement abouti à de grandes œuvres. Mona Achache touche au but avec éclat.
Article rédigé par Jacky Bornet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Marion Cotillard dans "Little Girl Blue" de Mona Achache (2023). (TANDEM)

Avec Little Girl Blue, qui sort mercredi 15 novembre, Mona Achache filme sa catharsis après le suicide de sa mère en 2016. Un film ovni, hors normes, entre documentaire, fiction, making of et quête initiatique. La réalisatrice fait revivre l’écrivaine et photographe Carole Achache sous les traits de Marion Cotillard pour percer son mystère. Une œuvre où l’acte de création littéraire et plastique est filmé avec une justesse rare.

Mères gigognes


Après le suicide de sa mère, Mona Achache découvre des milliers de photos, de lettres et d’enregistrements dans son appartement. Traumatisée par la séparation, elle en tapisse tous les murs, puis fait appel à Marion Cotillard pour la filmer à l’exacte apparence mimétique de sa mère. Dans une reconstitution au millimètre et une mise en scène fictionnelle, une fille filme sa mère qui avait elle-même écrit sur la sienne, pour en percer les mystères, comme des mères gigognes.

Le processus mis en place par Mona Achache rappelle celui qu’utilise Kaouther Ben Hania dans Les Filles d'Olfa, où la réalisatrice présente à une mère et ses trois filles l’actrice qui va l’incarner à l’écran. Le film dans le film, la comédienne face à son modèle, entraîne un jeu sur la fiction et le réel, les faits et leur reconstitution, les souvenirs et les témoignages, ce que l’on voudrait être et n’est pas...

Équivalents picturaux


La maîtrise progressive du rôle de Carole Achache par Marion Cotillard participe de la dramaturgie. L’obsession mimétique qui habite Mona Achache va progressivement construire un mur qui l’empêche de percer le secret caché derrière le suicide. Ce secret dérive de l’écriture, qui reste la seule motivation de vie de sa mère et qui se tarirait. Raison pour laquelle Little Girl Blue bascule de la biographie vers l’analyse du processus littéraire propre à Carole Achache, comme principe de vie.

Mona Achache tire de ce qui peut sembler intellectuel un film d’une extrême beauté plastique et cinématographique. Elle trouve des équivalents picturaux à l’écriture. La réalisatrice soigne des plans graphiques très cadrés, sans ostentation, et joue d’une bande sonore colorée, notamment lors d’une scène de doublage remarquable, jusqu’à ce que Marion Cotillard imite la voix de son modèle. Le secret de Carole Achache réside dans celui de l’écriture, d’un roman ou d’un film que l’on voit en train de se faire. Il réside aussi dans le mystère des liens qui unissent une fille à sa mère, mais également dans ces suicides "héréditaires" dans la famille, dont celui de Carole Achache est né d’un trop grand appétit de vie.

L'affiche de "Little Girl Blue" de Mona Achache (2023). (TANDEM)

La fiche

Genre : Drame / Biopic 
Réalisatrice : Mona Achache
Pays : France
Durée : 1h35
Sortie :15 novembre 2023
Distributeur : New Story

Synopsis : À la mort de sa mère, Mona Achache découvre des milliers de photos, de lettres et d’enregistrements, mais ces secrets enfouis résistent à l’énigme de sa disparition. Alors, par la puissance du cinéma et la grâce de l’incarnation, elle décide de la ressusciter pour rejouer sa vie et la comprendre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.