Cet article date de plus d'un an.

"Liberté", sombre huis-clos libertin au siècle des Lumières par le réalisateur de "La Mort de Louis XIV"

Après "La Mort de Louis XIV" avec Jean-Pierre Léaud, Albert Serra s’attaque aux libertins du XVIIIe siècle avec Helmut Berger.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Marc Susini et Téodora Marcadé dans "Liberté" de Albert Serra (Copyright Sophie Dulac Distribution)

Après Histoire de ma mort sur Casanova, et La Mort de Louis XIV, Albert Serra  clôt sa trilogie avec Liberté, film sur les libertins du XVIIIe siècle. Il adapte à l’écran sa pièce éponyme jouée à Berlin, qui fait écho à Sade, et s'avère un pamphlet en réaction aux interdits d’aujourd’hui.

Théâtre

Deux libertins chassés de France par Louis XVI retrouvent un Allemand acquis à leur cause dans une forêt où est prévue une "partie" libertine. Ils ont à cœur de répandre leur philosophie en Europe et comptent sur les jeunes recrues du cloître voisin pour y participer. Ces jeunes novices vont leur permettre de se livrer à des joutes verbales et charnelles, une façon de défier le pouvoirs et ses mœurs imposées.

Prix spécial du jury Un certain regard cette année à Cannes, Liberté fait souffler un vent libertaire à l'heure où se multiplient les interdits et où règne une morale bienpensante. S’il ne s’agit pas de théâtre filmé, l'impact du propos est moindre à l’écran qu’à la scène. 

Orgie désespérante

Albert Serra soigne toujours ses plans nocturnes avec le juste éclairage. La nuit envahit ce film sombre sur la condition humaine. La chair se révèle triste. Sa représentation à l’écran reflète la déception ou la révulsion inavouable. Pénétration, fellation, ondinisme, coprophagie, flagellation, écartèlement… rien ne semble les satisfaire.

"Liberté" de Albert Serra (Copyright Filmgalerie 451)
Cette forêt nocturne est aussi celle d'une société que cherchent à changer ces libertins. Les Lumières leur donneront raison, mais Albert Serra semble dire que rien n’est acquis. En revenant sur des concepts politiques et sociétaux du XVIIIe siècle, Liberté alerte sur les interdits d’aujourd’hui. Si le propos est juste à voir et à entendre, il passe mieux au théâtre qu’à l’écran.
L'affiche de "Liberté" d'Albert Serra (Sophie Dulac Distribution)

La fiche 

Genre : Drame historique
Réalisateur : André Serra
Acteurs :  Helmut Berger, Marc Susini, Iliana Zabeth, Laura Poulvet, Baptiste Pinteaux, Theodora Marcadé

Pays : France / Espagne / Portugal
Durée : 2h12
Sortie : 4 septembre 2019
Distributeur : Sophie Dulac Distribution
Interdit aux moins de 16 ans avec avertissement

Synopsis
 : Madame de Dumeval, le Duc de Tesis et le Duc de Wand, libertins expulsés de la cour puritaine de Louis XVI, recherchent l’appui du légendaire Duc de Walchen, séducteur et libre penseur allemand, esseulé dans un pays où règnent hypocrisie et fausse vertu. Leur mission : exporter en Allemagne le libertinage, philosophie des Lumières fondée sur le rejet de la morale et de l’autorité, mais aussi, et surtout, retrouver un lieu sûr où poursuivre leurs jeux dévoyés. Les novices du couvent voisin se laisseront-elles entraîner dans cette nuit folle où la recherche du plaisir n’obéit plus à d’autres lois que celles que dictent les désirs inassouvis ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.