"Les Bonnes étoiles" : après "Une histoire de famille", Hirokazu Kore-eda raconte un nouveau conte familial

Le Japonais Hirokazu Kore-eda sort un nouveau film sur la cellule familiale, dans une production sud-coréenne, avec à la clé le prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes pour Song Kang-ho.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Doona Bae, Dong-won Gang et Song Kang-Ho dans Les Bonnes étoiles de Hirokazu Kore-eda (2022) (METROPOLITAN FILMEXPORT)

En 2018, Une histoire de famille remportait un beau succès dans la foulée de sa Palme d’or à Cannes. Cette année, c'est le prix d'interprétation masculine, décerné à Song Kang-ho, qu'a reçu à Cannes le dernier film de Hirokazu Kore-eda, Les Bonnes étoiles, en salles mercredi 7 décembre. C’est encore à une famille décalée que nous invite le réalisateur japonais, dans une production sud-coréenne, où deux amis recueillent des enfants abandonnés pour les vendre à des parents en mal de progéniture. Le thème trop proche du film de 2018 freine toutefois l’adhésion totale à un film agréable mais sans surprise.

Song Kang-ho, acteur phare du cinéma coréen

Sang-hyeon et Dong Soo guettent les abandons d’enfants à Séoul pour les revendre afin de boucler leurs fins de mois. Ils recueillent un soir un nouveau-né, puis partent avec sa jeune mère dans un périple à travers la Corée du Sud pour trouver une famille d’accueil. A chaque fois déçus par ces parents potentiels, ils repartent vers d’autres couples en mal d’enfant. Mais nos escrocs n’ont-ils pas un autre objectif, celui de fonder une famille autrement ?

Après un détour par la France avec La Vérité, où jouait Catherine Deneuve, et la série Going my Home (Univers Ciné), Hirokazu Kore-eda creuse encore un peu plus son sujet de prédilection, avec l’icône du cinéma sud-coréen Song Kang-ho, ici après avoir tenu le rôle principal dans Parasite du Sud-Coréen Bong Joon-Ho. Dans cette première prestation avec le réalisateur japonais, l'acteur promène sa bouille lunaire, habité par un idéal de vie auquel il tente de convaincre ses acolytes.

Famille atypique

Le titre du film, Les Bonnes étoiles, désigne le duo que forment Sang-hyeon et Dong Soo qui, par leur entreprise, empêchent les enfants abandonnés d’être envoyés à l’orphelinat. Si leur mobile est plus lucratif qu'altruiste, ils offrent aussi un réel dévouement à ces enfants, et ont toujours l’espoir de fonder une famille. Comme dans Une histoire de famille, elle sera atypique, composée de deux escrocs, d’une prostituée, d’un petit garçon adopté et d’un bébé.

Kore-eda change toutefois totalement le cadre de son film. Il ne se situe plus au Japon, mais en Corée du Sud, et il prend la forme d’un road movie. Plaisant et drôle, Les Bonnes étoiles n’est toutefois pas dénué de longueurs, notamment dans les visites répétitives aux familles d’accueil auxquels les deux compères proposent le bébé abandonné qu’ils cherchent à caser. En ne sortant pas de son sujet privilégié, et avec ses personnages décalés, le réalisateur japonais reste dans son pré carré.

L'affiche de "Les Bonnes étoiles" de Hirokazu Kore-eda (2022). (METROPOLITAN FILMEXPORT)

La fiche

Genre : Comédie dramatique
Réalisateur : Hirokazu Kore-eda
Acteurs : Song Kang-Ho, Dong-won Gang, Doona Bae
Pays : Corée-du-Sud
Durée : 2h09
Sortie : 7 décembre 2022
Distributeur : Metropolitan FilmExport

Synopsis : Par une nuit pluvieuse, une jeune femme abandonne son bébé. Il est récupéré illégalement par deux hommes, bien décidés à lui trouver une nouvelle famille. Lors d’un périple insolite et inattendu à travers le pays, le destin de ceux qui rencontreront cet enfant sera profondément changé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.