"Le Garçon et le Héron" : Hayao Miyazaki nous offre un nouveau sommet du film d'animation

Le maître du dessin animé japonais s’inspire de contes nippons, teintés de références occidentales, dans un flot d’images à couper le souffle.
Article rédigé par Jacky Bornet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Une scène du "Garçon et le Héron" de Hayao Miyazaki (2023). (LE STUDIO GHIBLI)

Chacun de ses nouveaux films est annoncé comme le dernier, et à chaque fois, c’est une merveille. Le dieu vivant de l’animation japonaise Hayao Miyazaki sort mercredi 1er novembre son nouveau chef-d’œuvre, Le Garçon et le Héron. Le réalisateur se surpasse dans une de ses plus belles productions. Conte d’apprentissage, philosophique et animiste, ce quinzième long métrage de Miyazaki plonge un jeune apprenti dans une nature à laquelle l’initie un maître héron imprévisible et impétueux. Sublime.

Mahito perd à 11 ans sa mère dans un incendie à Tokyo et se retrouve avec son père à la campagne, où elle avait grandi. Ils habitent, avec sa nouvelle épouse et six servantes, un vieux manoir au milieu d’un vaste domaine où Mahito croise un étrange héron cendré, qui le harcèle jusque dans sa chambre. Qui plus est, il parle ! À son contact, l’enfant va découvrir le monde qui l’entoure, la nature, l’univers, leurs mystères et leurs lois.

Si Hayao Miyazaki nous éblouit à chaque film, Le Garçon et le Héron dépasse l’entendement. Porté par une pensée animiste incarnée par ce maître héron, le récit perd toute cohérence rationnelle pour mieux initier le jeune apprenti, et le spectateur, à une autre vision du monde. Tissées d’images foisonnantes de détails d’une minutie inouïe, les aventures de Mahito ne sont pas sans évoquer celles d’Alice au pays des merveilles dans leurs cohérentes incohérences. Comme de coutume chez Miyazaki, le patrimoine culturel japonais est entremêlé de références occidentales. Le graphisme évoque une tapisserie et le récit, un patchwork. L’origine du film est le roman de Genzaburō Yoshino Et vous, comment vivrez-vous ? (Éditions Philippe Picquier) mais l’histoire se fonde sur Le Livre des choses perdues de John Connolly (L'Archipel). Le mélange d’Orient et d’Occident est toujours à l’œuvre chez Miyazaki.

Ésotérisme


Pas de temples nippons dans cette campagne japonaise qui pourrait être anglaise. Tout comme l’est le manoir gothique aux intérieurs victoriens où vit Mahito. Il va s’échapper de cet univers cosy dont six domestiques sont les gardiennes et la nouvelle épouse de son père, la reine. Le héron va l’attraper de son bec effilé et pointu pour lui révéler la "vraie" réalité, le réel derrière les choses. Le monde n’est pas ce que l’on croit ou ce que l’on nous en dit. Comme ce héron qui se révèle être l’enveloppe d’un chamane, ainsi transformé, pour rencontrer l’enfant. Le Garçon et le Héron est, de ce point de vue, le film le plus complexe du maître, notamment dans sa narration qui peut passer du coq à l’âne. "Peut-être que vous n'avez pas compris le film. Moi non plus, je ne le comprends pas", a déclaré Miyazaki dans un communiqué lu à l'issue de la première projection privée réservée aux employés du studio Ghibli. Peut-être a-t-il voulu y mettre trop de choses ? Ce qui est sûr, c’est que la beauté fulgurante des images et le foisonnement d’idées qui le traverse donnent envie de revoir le film.

En partant de la perte de la mère pour emmener son jeune héros à une révélation spirituelle, Miyazaki visualise la métaphore d’un passage de l’enfance à la maturité. Conte initiatique, Le Garçon et le Héron est jalonné d’étapes et d’épreuves, de créatures magiques, dont des esprits de la nature, qui pourraient être les cousins des "Sylvains" de la forêt de Princesse Mononoké. Ils subliment, avec humour et tendresse, le message du film. On parle une fois de plus de "chant du cygne" du maître. Espérons que ce héron n’aura pas sa peau. De toute façon, Hayao Miyazaki passe d’un monde à l’autre tel un chamane, et fait chatoyer l’ésotérisme de mille feux.

L'affiche du "Garçon et le Héron" de Hayao Miyazaki (2023). (WILD BUNCH DISTRIBUTION)

La fiche

Genre : Animation
Réalisateur : Hayao Miyazaki 
Acteurs (voix VO) : Masaki Suda, Takuya Kimura, Kô Shibasaki
Pays : Japon
Durée : 2h04
Sortie : 1er novembre 2023
Distributeur : Wild Bunch Distribution

Synopsis : Après la disparition de sa mère dans un incendie, Mahito, un jeune garçon de 11 ans, doit quitter Tokyo pour partir vivre à la campagne dans le village où elle a grandi. Il s’installe avec son père dans un vieux manoir situé sur un immense domaine où il rencontre un héron cendré qui devient petit à petit son guide et l’aide au fil de ses découvertes et questionnements à comprendre le monde qui l'entoure et percer les mystères de la vie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.