Cet article date de plus de sept ans.

Dragons 2, une aventure épique sur grand écran mais aussi en coulisse

Après avoir été projeté en avant première au festival de Cannes 2014, le nouveau film d'animation signé Dreamworks, Dragons 2, débarque sur grand écran le 2 juillet prochain. On y retrouve Harold et son valeureux destrier, Krokmou le dragon, qui vont encore être soumis à rude épreuve pour défendre leurs valeurs et préserver le destin des hommes et des dragons. Une aventure épique et technologique.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le nouvel outil Appolo de Dreamworks pour la fabrication des films d'animation
 (France3/Culturebox)
Reportage : P Deschamps / J. Pires

Apollo, le nouvel outil magique développé par Dreamworks
Si Dragons 2 n'a rien de différent sur le papier, comparé aux autres productions de la "firme aux rêves", ce nouveau film d'animation signé Dreamworks est pourtant le fruit d'une petite révolution technologique. Il aura fallu 5 ans à la société américaine pour développer un nouvel outil de conception. Son nom de code : Apollo. C'est une suite complète de logiciels qui permet aux animateurs 3D d'interagir et de modifier l'image en temps réel. L'autre avantage est qu'il permet aussi la présence de nombreux personnages dans un même plan, le tout en gardant une fluidité déconcertante. Dragons 2 est le premier film d'animation signé Dreamworks à utiliser cette combinaison de logiciels.

Mais Dreamworks ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et le studio cherche toujours à améliorer sa technique par l'innovation et par l'assemblage de matériels possible. Une vision qui fait partie intégrante du business modèle du géant de l'animation. Les innovations technologiques font partie du quotidien de l'entreprise américaine, elles sont rapides et seront appliquées dès le prochain film, "Home", dont la sortie est prévue pour l’année prochaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.