Que vaut "Music", le film controversé sur l'autisme de la chanteuse Sia ?

S'il part d'une bonne intention, celle de l'acceptation de la différence, ce film qui a essuyé plusieurs polémiques avant même sa sortie, passe à côté de son sujet : l'autisme non verbal. Seule l'actrice Kate Hudson, qui joue la grande soeur du personnage principal, tire son épingle de ce jeu épineux. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
La danseuse et actrice Maddie Ziegler joue le personnage de la jeune autiste "Music" dans le film du même nom de Sia. (MERIE WALLACE)

Pour son premier film en tant que réalisatrice, l’auteure, compositrice et chanteuse australienne Sia, 45 ans, s’attelle à un sujet particulièrement délicat : l’autisme non verbal. Un challenge d’autant plus ardu que Music est une comédie musicale. Sia partait d’une bonne intention : offrir "une représentation sensible d’une enfant autiste" avec une dose de merveilleux, et faire cheminer le spectateur vers l’acceptation de la différence. Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions et ce qui devait être une "réinvention" de la comédie musicale et une ode à la différence s’avère un désolant ratage.

Violentes polémiques

Music c’est le prénom du personnage au cœur du récit, une adolescente autiste orpheline que la musique aide à vivre, et dont s’occupe avec amour sa grand-mère. Lorsque cette dernière meurt soudainement d’une crise cardiaque, Music (Maddie Ziegler) n’a plus d’autre famille que sa demi-sœur Kazu (Kate Hudson), ex-alcoolique et dealeuse de drogue. S’imaginant qu’il y a un peu d’argent à récupérer, cette inquiétante tutrice fait irruption dans la vie de Music et cherche rapidement à se débarrasser de cette atypique petite sœur. Mais son cœur va se ramollir au fur et à mesure, avec l’aide d’Ebo (Leslie Odom Jr), un voisin attentionné.

Avant même sa sortie, ce film a essuyé deux violentes polémiques. Le rôle de Music est en effet joué par Maddie Ziegler, la danseuse prodige, muse et alter-ego de Sia depuis 2014 et le fameux clip Chandelier aux 2 milliards de vues. Une personne non autiste pour incarner une autiste ? Voilà qui a suscité une première levée de boucliers. Mais la plus violente polémique est venue d’un geste effectué dans le film sur la jeune autiste pour la calmer lors d’une crise d’agitation aigüe : cette technique dite de contention serait dangereuse pour les autistes, et pourrait même être mortelle, ce qui a poussé plus de 30 000 personnes (à ce jour) à signer une pétition réclamant purement et simplement l’annulation de la sortie du film.

Reste que le film passe surtout à côté de son sujet, l’autisme. Si l’on sent que la jeune Maddie Ziegler a travaillé sa gestuelle, ses mimiques et son personnage avec minutie, parvenant d’ailleurs régulièrement à rendre Music attachante et touchante, elle en livre une interprétation forcément malaisante parce que caricaturale. Ensuite, on n’apprend quasiment rien de ce qu’est l’autisme non verbal. Quels sont les désirs et les sentiments de Music ? Comment communiquer avec l'adolescente, la rassurer et s’en occuper au mieux ? 

On remarque juste que Music tient à sa routine : œufs au plat au petit déjeuner, tressage des nattes obligatoires dans la foulée, suivis d’une petite promenade quotidienne dans le quartier. On comprend aussi qu’elle perçoit certaines choses de façon atypique – une grande acuité sonore et une vision altérée de la réalité, notamment. Des perceptions que sont censées représenter les parties chantées et chorégraphiées, dans le style pop et chatoyant des clips de Sia, qui ponctuent le film.

Une scène de chorégraphie du film "Music" de Sia.  (MERRICK MORTON)

Problème : bien que soignés et déployant une imagination débordante, ces clips  semblent totalement extérieurs au récit, détachés de lui. Le film ne parvient pas à réconcilier la réalité et le fantasme, à faire dialoguer avec fluidité la narration et les clips censés figurer le monde imaginaire avec lequel Music appréhende le monde. Ils tombent souvent comme un cheveu sur la soupe, et semblent n'avoir pour seule fonction que de vendre dans la foulée un nouvel album de Sia constitué de chansons "inspirées" du film.

Point fort du film : l'interprétation de Kate Hudson

Seul point positif : la grande sœur Kazu, incarnée par Kate Hudson, qui s’est rasée le crâne pour l’occasion, et son adorable voisin Ebo (Leslie Odom Jr). Kate Hudson, qui a été nommée aux Golden Globes pour ce rôle, est tout à fait convaincante en "bad girl" plus sensible qu’elle ne le voudrait, en voie vers la rédemption, par l’amour. Un personnage romanesque qui prend finalement plus de place dans le film que celui de l’adolescente autiste.

L'actrice Kate Hudson dans le film "Music" de Sia. (MERRICK MORTON)

Outre l’interprétation de Kate Hudson, il y a peut-être une raison à la justesse de ce personnage : Sia est, de son propre aveu, une ancienne alcoolique et droguée parvenue à se désintoxiquer complètement. C’est même durant ses séances aux Alcooliques Anonymes, il y a des années, qu’elle a rencontré le jeune autiste qui lui a donné envie de raconter cette histoire. Dommage qu’elle ait pu un jour penser "naïvement que faire un film serait comme faire un très long clip".

"Music" de Sia est disponible en VOD dès le 29 mars 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.