Porno : les électeurs de Los Angeles appelés à trancher sur le port du préservatif

La pétition d'une association anti-sida a récolté suffisament de signataires pour organiser une consultation.

Les électeurs du comté de Los Angeles vont se prononcer le 6 novembre sur le port du préservatif par les acteurs de films porno.
Les électeurs du comté de Los Angeles vont se prononcer le 6 novembre sur le port du préservatif par les acteurs de films porno. (FSTOP IMAGES / THE AGENCY COLLECTION / GETTY IMAGES)

"Souhaitez-vous que les acteurs de films pornographiques soient obligés de porter des préservatifs ?" Telle est, en substance, la question à laquelle vont devoir répondre le 6 novembre prochain les électeurs du comté de Los Angeles (Californie, Etats-Unis), qui compte près de 10 millions d'habitants, rapporte mercredi 4 juillet le Los Angeles Times (article en anglais). FTVi vous dit tout sur ce vote un peu particuiler.

• Pourquoi ce mini-référendum ?

Cette consultation inédite a été rendue possible par une association anti-sida, dont les militants ont recueilli 371 000 signatures de personnes favorables au port du préservatif par les acteurs de films porno. Ce chiffre leur permet d'organiser une consultation électorale sur cette question le 6 novembre… en même temps que l'élection présidentielle.

• Et si la mesure est adoptée ?

En janvier dernier, le conseil municipal de la ville a déjà voté une mesure obligeant les acteurs à porter un préservatif, mais son application laisse à désirer, explique le L.A. Times. Cette fois, si la consultation populaire est un succès, les studios devront se doter d'un permis auprès du département de la Santé publique du comté, comme c'est déjà le cas pour les tatoueurs.

Ce permis exigera le port du préservatif lors des scènes de pénétration anales et vaginales, et les autorités locales pourront suspendre ou révoquer le permis délivré si une infraction est constatée. Des poursuites judiciaires sont également possibles.

Cette mesure s'appliquerait au 85 des 88 villes que compte le comté. Les villes de Pasadena, Long Beach et Vernon, qui possèdent leur propre département de Santé publique, ne seraient en revanche pas concernée. 

• Qu'en pensent les professionnels du secteur ?

La possibilité de légiférer sur la place de la capote dans l'industrie n'est pas franchement du goût des producteurs. Lorsque la ville s'était emparée du sujet en janvier dernier, ceux-ci étaient montés au créneau, estimant que les amateurs de porno ne voulaient pas voir de préservatifs : "Tout ce que la ville va réussir à faire, c'est voir partir une partie des productions", avait ainsi lâché l'un d'entre eux au New York Daily News (article en anglais). "Mais vous ne pouvez pas forcer une industrie à créer un produit dont le marché ne veut pas."

C'est que le secteur représente un sacré marché : 5% des 45 500 permis de tournage délivrés chaque année dans le comté concernent des films pornos.