Oscars 2021 : "Nomadland" triomphe, Florian Zeller savoure… Ce qu'il faut retenir de la 93e cérémonie

La Chinoise Chloé Zhao, réalisatrice de "Nomadland", est la deuxième femme à remporter l'Oscar de la meilleure réalisation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
L'actrice Carey Mulligan arrive à la cérémonie des Oscars, à Los Angeles (Etats-Unis), le 25 avril 2021. (MARK TERRILL / AP /SIPA)

C'est en petit comité que s'est tenue la 93e édition des Oscars. Seules quelques stars triées sur le volet, pandémie oblige, ont foulé le tapis rouge, dimanche 25 avril. La soirée était organisée dans une gare historique du centre de Los Angeles, le traditionnel Dolby Theatre se contentant de jouer un rôle secondaire avec des Oscars d'honneur et des performances musicales. La cérémonie diffusée en direct a récompensé les stars d'une industrie plombée par la pandémie de Covid-19, avec des films majoritairement vus en streaming. Franceinfo revient sur les moments marquants de la cérémonie.

Deux Oscars pour "The Father"

L'écrivain français Florian Zeller a reçu depuis Paris l'Oscar du meilleur scénario pour son premier film, The Father, un long métrage qu'il a également réalisé et qui est tiré d'une de ses pièces de théâtre, Le Père. Il partage ce prix avec son coscénariste Christopher Hampton, qui a traduit ses œuvres en anglais. Du fait de la pandémie, aucune date de sortie n'est encore annoncée en France pour ce film sorti en salles en février aux Etats-Unis.

The Father suit Anthony Hopkins dans le rôle d'un vieil homme sombrant dans la démence. L'histoire a été inspirée à l'écrivain, marié à l'actrice Marine Delterme, par sa grand-mère, dont il était très proche et qui a commencé à souffrir de démence lorsqu'il était adolescent. Florian Zeller a expliqué en recevant son prix avoir "écrit ce scénario pour Anthony Hopkins", "le plus grand acteur vivant" selon lui.

Ce rôle lui a d'ailleurs valu l'Oscar du meilleur acteur. À 83 ans, le Britannique devient le comédien le plus âgé à recevoir un Oscar du meilleur acteur. Une récompense qui a créé la surprise, car elle semblait destinée à Chadwick Boseman, emporté en août 2020 par un cancer à l'âge de 43 ans. Le héros de Black Panther avait remporté tous les prix des cérémonies intermédiaires : SAG Awards, Golden Globes.

"Nomadland", grand vainqueur de la soirée

Peu de surprise concernant Nomadland, qui partait favori. Le film, qui suit des Américains âgés vivant sur les routes après avoir tout perdu lors de la crise des "subprimes", remporte trois statuettes : meilleur film, meilleure actrice et meilleure réalisation. Chloé Zhao, sa réalisatrice, née en Chine, devient ainsi la première femme non blanche à recevoir l'Oscar du meilleur réalisateur.

Avant elle, une seule autre femme avait reçu ce prix convoité, Kathryn Bigelow en 2010 pour Démineurs. La vedette de Nomadland, l'actrice Frances McDormand, est, elle, récompensée de l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation d'une veuve sillonnant les routes américaines à bord d'un vieux camping-car.

L'actrice remporte le troisième Oscar de sa carrière et rejoint ainsi le gratin du cinéma mondial. Elle est seulement la septième à intégrer le club très fermé des acteurs aux trois Oscars, où l'on compte trois autres femmes : Meryl Streep, Ingrid Bergman et Katherine Hepburn, qui domine avec quatre statuettes dorées au total. "Je n'ai pas de mots", a réagi l'actrice de 63 ans en recevant la statuette dorée.

Couple improbable, twerk de Glenn Close...

L'Académie des Oscars avait prévu, en raison de la pandémie de Covid-19 plusieurs sites à travers le monde pour récompenser les auteurs, réalisateurs et acteurs étrangers. Deux autres Français se sont illustrés dans la soirée : Nicolas Becker a reçu l'Oscar du meilleur son pour Sound of Metal et la productrice Alice Doyard, sacrée dans la catégorie court-métrage documentaire, pour Colette, réalisé par l'Américain Anthony Giacchino.

Privée de présentateur officiel pour la troisième année d'affilée, la cérémonie a toutefois offert au public quelques moments forts, à commencer par la rencontre entre Brad Pitt et l'actrice Youn Yuh-jung, légende du cinéma coréen. "Monsieur Brad Pitt, enfin !" s'est exclamée la comédienne de 73 ans après que l'acteur américain lui a remis sa statuette de meilleure actrice pour sa performance dans Minari. "Où étiez-vous quand nous tournions à Tulsa (Oklahoma)", a-t-elle plaisanté. Leur conversation s'est poursuivie en coulisses.

C'est une autre scène qui a marqué la soirée. L'actrice Glenn Close, 74 ans, était nommée, mais est repartie bredouille, pour sa huitième tentative. Malgré ce revers, elle s'est prêtée aux jeux organisés lors de la soirée et n’a pas perdu le sourire. Elle s’est mise à twerker devant une assemblée déconcertée sur le titre Da Butt d'Experience Unlimited.

Autre moment fort, mais marqué lui par l'émotion : l'hommage du metteur en scène danois Thomas Vinterberg à sa fille. Son film Drunk, récompensé par l'Oscar du meilleur film étranger, devait être l'occasion pour Ida, 19 ans, de faire ses premiers pas d'actrice, mais un accident de la route provoqué par un conducteur inattentif lui a coûté la vie, quatre jours après le début du tournage. "Nous avons fini par faire ce film pour elle, comme un monument, a-t-il expliqué en larmes. C'est un miracle qui vient de se produire. Peut-être que tu tires quelques ficelles quelque part. Tout ça est pour toi. Merci."

Steven Soderberg derrière la caméra

Après une année de pandémie, cette 93e cérémonie des Oscars ne pouvait pas être ordinaire. Eclairage feutré, nombre d’invités restreint attablés sans masque dans des niches, le musicien et producteur Questlove aux platines, le coronavirus a forcé l'Académie à se renouveler. Aux commandes de la retransmission télévisée, le réalisateur américain Steven Soderberg (Ocean Eleven) a donné des allures de film de cinéma à un exercice éculé qui prend ainsi un sacré coup de vieux. Steven Soderbergh et ses producteurs Stacey Sher et Jesse Collins ont ainsi conçu le premier plan de la retransmission comme un générique de film, dans un long plan séquence digne de La Soif du mal d’Orson Welles.

Le cinéaste voulait tourner la cérémonie comme un long-métrage. Les présentateurs, à l'instar de Brad Pitt, Harrison Ford ou Halle Berry, "jouant leur propre rôle, ou du moins une version d'eux-mêmes". Les discours des lauréats des Oscars étaient auparavant minutés au cordeau, à environ 45 secondes. Cette année, Soderbergh, leur "a donné de l'espace. Nous les avons encouragés à raconter une histoire, et à dire quelque chose de personnel".

Nouvelles sorties à prévoir ou streaming

Du fait de la pandémie, de nombreux films récompensés ne sont pas sortis en salle. Soul, la dernière production Pixar qui a remporté dimanche l'Oscar du meilleur film d'animation a été diffusé en France sur Disney+ et est également disponible en DVD et Blu-Ray.

Drunk, lui, est sorti une première fois dans les cinémas français en octobre dernier et devrait ressortir prochainement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.