Cet article date de plus d'un an.

"Nayola" : trois femmes racontent la guerre en Angola dans un grand film d'animation

Le film de José Miguel Ribeiro constitue un tableau poétique et déchirant de l’histoire de ce pays, ravagé pendant de longues années par la guerre civile. Coup de cœur.
Article rédigé par Mohamed Berkani
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Affiche du film "Nayola" de José Miguel Ribeiro (Urban Distribution)

La révolution dévore ses enfants, les rêves se muent en cauchemars. Le film s'ouvre sur un homme qui fuit des tirs. Des balles l'atteignent, il s'écroule dans une mare d'eau. Un arbre, un grand arbre, naît où gisait mort l'homme. Couleurs primaires, peinture d'animation, voix off, le ton est donné : la fantaisie est à portée du réel pour qui veut regarder avec son cœur. Inspiré de la pièce de théâtre de José Eduardo Agualusa et Mia Couto, A Caixa preta, Nayola est le premier film d'animation angolais sur ce pays ravagé par la guerre civile pendant près d'un quart de siècle. Le passé et le présent se convoquent, se croisent, donnant au récit une forme d'irréalité, de légende. Une narration qui privilégie l'émotion.

La prière de l'absent

Le film est hanté par les absents, aspirés par la guerre. L'histoire se déroule entre 1995 et 2011. Trois générations de femmes, Lelena (la grand-mère), Nayola (la fille) et Yara (la petite-fille) narrent ce pays. "Je ne pense pas que tes parents soient en vie. La guerre s'est terminée il y a huit ans et douze jours exactement. Ils ont eu beaucoup de temps pour trouver le chemin de la maison", confie la grand-mère à sa petite-fille Yara. Les trois femmes ont traversé des drames. Lelena a perdu son mari, tué par les colons portugais. Sa fille, Nayola, partie chercher son mari, Ekumbi, ne donne plus signe de vie. Sa petite-fille, Yara, continue d'espérer le retour de ses parents. Les trois femmes sont traumatisées par les guerres, amputées d'une partie d'elles.

 

Le pays est sillonné par les militaires, à la recherche de jeunes rebelles. Yara est rappeuse, elle rêve d'un monde meilleur. Elle vend des disques en cachette. Traquée par les forces de l'ordre, elle se réfugie chez sa grand-mère, dans un bidonville de Luanda. Ce soir-là, un homme masqué fait irruption chez elle. Là, on entre dans un monde poétique où le réel et l'irréel s'entremêlent, un monde fantastique. Nayola, un grand film épique. 

Affiche du film "Nayola" de José Miguel Ribeiro (Urban Distribution)

La fiche

Genre : Animation, Drame
Réalisateur : José Miguel Ribeiro
Acteurs : Ciomara Morais, Angelo Torres
Durée : 1h23
Sortie : 8 mars 2023
Distributeur : Urban Distribution

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Synopsis :  
Angola. Trois générations de femmes dans une guerre civile qui dure depuis 25 ans : Lelena (la grand-mère), Nayola (la fille) et Yara (la petite-fille). Le passé et le présent s'entrecroisent. Nayola part à la recherche de son mari, qui a disparu au pire moment de la guerre. Des décennies plus tard, le pays est enfin en paix mais Nayola n'est pas revenue. Yara est maintenant devenue une adolescente rebelle et une chanteuse de rap très subversive. Une nuit, un intrus masqué fait irruption dans leur maison, armé d'une machette. Une rencontre qu'elles n'auraient jamais pu imaginer…

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.