Mort à 89 ans de Lucia Bosé, l'une des muses d'Antonioni, Buñuel et Fellini

Selon différents médias locaux, le décès de Lucia Bosé serait dû à une pneumonie. 

Lucia Bosè dans Ragazze di piazzi di Spagna. 
Lucia Bosè dans Ragazze di piazzi di Spagna.  (RONALDGRANT/MARY EVANS/SIPA)

L'actrice italienne Lucia Bosé, qui s'illustra au cinéma dans des films d'Antonioni, Buñuel et Fellini, est décédée le 23 mars à 89 ans en Espagne, où elle vivait, a annoncé son fils, l'artiste Miguel Bosé, lui-même chanteur à succès et acteur de renom. "Chers amis... Je vous annonce que ma mère Lucia Bosé vient de mourir", a-t-il écrit sur son compte Twitter. Selon différents médias locaux, le décès de Lucia Bosé serait dû à une pneumonie, alors que l'Espagne est actuellement l'un des pays du monde les plus touchés par la pandémie de coronavirus.

Lucia Bosè au festival de cinéma de Rome en octobre 2019. 
Lucia Bosè au festival de cinéma de Rome en octobre 2019.  (LUCA CARLINO / NURPHOTO)

"Lucia Bosé s'en est allée", a écrit l'ancien président du Festival de Cannes, Gilles Jacob, en évoquant sur Twitter "une petite pâtissière de Milan très belle aux grands yeux tristes", qui gagna un concours de beauté en 1947, avant de se classer parmi les actrices les recherchées du cinéma italien en tournant avec Antonioni, Bardem, Buñuel , Fellini et Duras.

De "Pâques sanglantes" à " Chronique d'une mort annoncée"

Deux mois après l'avoir rencontré, Lucia Bosé avait épousé en 1955 à Las Vegas l'un des plus grands toreros du 20e siècle, le matador madrilène Luis-Miguel Dominguin. Le torero et l'actrice ont eu trois enfants : Miguel Bosé, la cheffe d'entreprise Lucia Dominguin et l'actrice Paola Dominguín. Leur séparation en 1967 avait été très médiatisée.

Née à Milan en 1931, Lucia Bosé s'illustre en 1950 dans Pâques sanglantes, drame de Giuseppe De Santis sur les problèmes agricoles de l'Italie et de sa région de la Ciociaria, ainsi que dans le premier long métrage de fiction de Michelangelo Antonioni, Chronique d'un amour. En 1956, elle interprète Clara, la jeune femme dont s'éprend un médecin, dans le drame sentimental Cela s'appelle l'aurore de Luis Buñuel, d'après le roman d'Emmanuel Roblès. Au côté de Jeanne Moreau, elle est l'une des deux femmes au centre du film Nathalie Granger (1972), dirigée par la romancière française Marguerite Duras. En 1987, elle apparaissait au casting de Chronique d'une mort annoncée de Francesco Rosi, d'après le roman de Gabriel García Marquez.