Cet article date de plus d'un an.

Max von Sydow, acteur fétiche d'Ingmar Bergman et figure d'Hollywood, est mort à 90 ans

La productrice française Catherine von Sydow, épouse de l'acteur, a confirmé lundi en début d'après-midi l'information annoncée initialement par l'hebdomadaire "Paris Match".

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'acteur franco-suédois Max Von Sydow le 14 mai 2016 au festival de Cannes (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Max von Sydow, géant de près de deux mètres né le 10 avril 1929 à Lund, en Suède, a débuté au théâtre avant de tourner dans une dizaine de films de son illustre compatriote Ingmar Bergman, parmi lesquels Le Septième Sceau, fresque médiévale sortie en 1957. Une douzaine d'autres films suivront aux côtés de Bergman, parmi lesquels Les fraises sauvages (1957), Le visage (1958) ou Le lien (1971).

Invité dans plusieurs superproductions hollywoodiennes

Par la suite, Von Sydow a entamé une carrière riche en seconds rôles à Hollywood, apparaissant notamment dans L'exorciste de William Friedkin (1973) ou Les trois jours du Condor de Sydney Pollack (1975). Auparavant, il avait incarné Jésus dans La plus grande histoire jamais contée de George Stevens (1965) et joué auprès de Julie Andrews dans Hawaï (1966). Mais il ne s'est pas contenté de tourner aux États-Unis. Gardant des liens avec l'Europe, il s'est illustré notamment dans le film dano-suédois Pelle le Conquérant (1987) de Billie August. 

Plus tard, l'acteur a traîné sa figure imposante, propice aux rôles de vilains, dans quelques grandes productions américaines comme Dune de David Lynch (1984), Jamais plus jamais pour la franchise James Bond (1983), Minority Report de Steven Spielberg (2002), Shutter Island de Martin Scorsese (2010) ou, très récemment, Le réveil de la Force pour la saga Star Wars (2015). John Huston, Bertrand Tavernier, Andrei Konchalovsky, Wim Wenders ou encore Ridley Scott ont également fait appel à ses talents, exploités y compris dans des films moins cérébraux, comme Flash Gordon (1980), Conan le Barbare (1982) ou Judge Dredd (1995). Von Sydow a enfin incarné Corneille à Trois Yeux dans la série au succès planétaire Game of Thrones.

Max von Sydow, qui était marié depuis 1997 avec la réalisatrice française de documentaires Catherine Brelet, avait obtenu la citoyenneté française en 2002. Après une carrière longue de sept décennies, il s'est éteint à l'âge de 90 ans, a indiqué lundi son épouse dans un communiqué transmis par son agent. "C'est le cœur brisé et avec une infinie tristesse que nous avons l'extrême douleur de vous annoncer le départ de Max von Sydow le 8 mars 2020", a annoncé la productrice, confirmant une information de l'hebdomadaire Paris Match, sans préciser pour le moment le lieu et les causes du décès.

Deux nominations aux Oscars, rien de plus

Durant son brillant parcours, Max Von Sydow n'a jamais récolté de distinction majeure. Il n'a eu les honneurs que de deux nominations par l'Académie des Oscars pour son rôle dans Pelle le conquérant et pour son second rôle dans le film du Britannique Stephen Daldry, Extrêmement près et incroyablement fort (2011).

Pourquoi ce manque de reconnaissance ? "Les acteurs qui ont obtenu un certain succès se voient toujours proposer le même genre de rôles, et j'en ai moi-même souffert", déclarait l'acteur dans le quotidien suédois Aftonbladet en 2011 au moment de la sortie de ce dernier film.

"Je veux vivre en France. Et je veux mourir en France", affirmait par ailleurs l'acteur, installé dans ce pays. Max von Sydow y a été élevé au rang de Commandeur des Arts et des Lettres en 2005 et fait Chevalier de la Légion d'honneur en 2011.

L'ancien président du Festival de Cannes Gilles Jacob lui a rendu hommage : "C'était l'un des plus grands acteurs du monde. Il pouvait jouer des rôles spectraux ou inquiétants, mais Max était d'une délicatesse et d'une humanité bien émouvantes."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.