Luc Besson condamné à 10 000 euros d'amende pour le licenciement discriminatoire de son assistante de direction

Le parquet avait requis dix mois de prison avec sursis contre le producteur de cinéma.

Le producteur et réalisateur Luc Besson au festival de cinéma de Berlin (Allemagne), le 17 février 2018.
Le producteur et réalisateur Luc Besson au festival de cinéma de Berlin (Allemagne), le 17 février 2018. (AXEL SCHMIDT / REUTERS)

Le parquet l'avait décrit, lors de l'audience en novembre, comme une "personnalité tyrannique" qui avait placé son employée "dans un état de sujétion permanente". Luc Besson a été condamné à 10 000 euros d'amende, mercredi 8 janvier, par le tribunal correctionnel de Bobigny, pour le licenciement discriminatoire de son assistante de direction en 2018.

EuropaCorp, sa société de production, est condamnée à 20 000 euros d'amende. La victime recevra 1 000 euros au titre du préjudice civil et verra ses frais de justice remboursés.

"J'étais devenue son esclave"

Le producteur était jugé pour "discrimination fondée sur l'état de santé". Son assistante, Sophie F., avait été licenciée pour "faute grave" alors qu'elle était placée en arrêt maladie, un arrêt que Luc Besson avait jugé "frauduleux". A l'audience, en novembre, elle avait expliqué s'être vue refuser plusieurs congés par son employeur avant son arrêt : "J'étais devenue pour lui comme le Siri d'Apple, son esclave", avait-elle déclaré.

Le procureur avait requis dix mois de prison avec sursis contre le cinéaste, 30 000 euros d'amende contre lui et 50 000 euros pour sa société.

Une décision du 9 octobre 2019 du conseil des Prud'hommes de Seine-Saint-Denis a en outre reconnu le harcèlement que subissait la salariée d'EuropaCorp de la part de son employeur, mais avait écarté le caractère discriminatoire du licenciement.