Accusé de viol, le réalisateur Luc Besson a été placé sous le statut de témoin assisté

Une information judiciaire pour "viol" a été ouverte le 2 octobre 2019 à la suite d'une plainte avec constitution de partie civile de l'actrice Sand Van Roy.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le réalisateur Luc Besson au festival de Cannes, le 20 mai 2016. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Le cinéaste et producteur Luc Besson, accusé de viol par la comédienne belgo-néerlandaise Sand Van Roy, a été placé lundi 25 janvier sous le statut de témoin assisté à l'issue de son audition par un juge d'instruction, a annoncé à l'AFP son avocat, Thierry Marembert, confirmant une information du Point. Il s'agit d'un statut qui indique qu'il existe "des indices, c'est-à-dire des preuves, pouvant faire croire à [l]a culpabilité lors de l'infraction", mais qui est moins fort que la mise en examen, rappelle le site service-public.fr.

Une information judiciaire pour "viol" a été ouverte le 2 octobre 2019 à la suite d'une plainte avec constitution de partie civile de Sand Van Roy. Ses premières plaintes, qui datent de 2018, avaient été classées sans suite par le parquet de Paris. Selon ce dernier, les investigations n'avaient "pas permis de caractériser l'infraction dénoncée".

Luc Besson nie avoir violé Sand Van Roy

Huit autres femmes ont également accusé le réalisateur du Grand Bleu, Nikita ou Le Cinquième Elément de gestes déplacés, voire d'agressions sexuelles, dans des témoignages recueillis par Mediapart (article réservé aux abonnés), pour des faits en grande partie prescrits.

De son côté, Luc Besson avait admis "des erreurs" et évoqué une "relation pendant deux ans" avec Sand Van Roy, qui tenait un petit rôle dans Taxi 5, tout en niant l'avoir violée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.