Le réalisateur Jean-Jacques Beineix est mort

Le cinéaste âgé de 75 ans avait été révélé au grand public dès son premier film en 1980, "Diva", puis "37°2 le matin", en 1986, son plus gros succès devenu culte.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Jacques Beineix, en 2008. (ALAIN DELPEY / MAXPPP)

Le réalisateur Jean-Jacques Beineix est mort jeudi soir, a appris franceinfo vendredi 14 janvier. Le cinéaste avait 75 ans, il est décédé à son domicile parisien des suites d'une longue maladie..

>> "J’ai rêvé plein de choses et j’ai réalisé plein de rêves", confiait Jean-Jacques Beineix à franceinfo, en mars 2020

Ecrivain, dialoguiste, scénariste et producteur, Jean-Jacques Beineix a été révélé au grand public dès son premier film en 1981, Diva. Avec ce premier succès, récompensé par le César de la meilleure première œuvre, il imprime sa marque, entre esthétisme et poésie, qui traverse l'ensemble de sa filmographie. Suivront La Lune dans le caniveau, en 1983, tourné dans les studios de Cinecittà, et surtout 37°2 le matin, en 1986, son plus gros succès, un film devenu culte. Il y révèle Jean-Hugues Anglade et Béatrice Dalle, dont c'était le premier film.

>> "Je suis passée d'un seul coup de gamine dans la rue à Marilyn Monroe" : Béatrice Dalle se souvient de "37°2 le matin", son premier film




En 1992, il offrira son dernier rôle à Yves Montand dans IP 5 - L'île aux pachydermes. L'acteur meurt avant la fin du tournage après un infarctus. Jean-Jacques Beineix réalise son dernier long métrage en 2001, Mortel Transfert, avec Jean-Hugues Anglade et Hélène de Fougerolles, un échec critique et commercial. Auteur de plusieurs documentaires, il s'essaiera plus tard au théâtre en 2015 en mettant en scène Kiki de Montparnasse, au Lucernaire à Paris.

En 2020, Jean-Jacques Beineix a publié son premier roman, Toboggan, un livre sur l'enfance, le temps qui passe et la solitude, une réflexion sans concession sur le sens de sa vie et les liens entre l'amour et l'art. S'il avait arrêté le cinéma, il disait il y a deux ans sur franceinfo ne pas avoir "abandonné la création". "C'est pour cela que je me suis tourné vers la littérature", confiait Jean-Jacques Beineix à Elodie Suigo.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.