Le directeur des effets spéciaux de "2001 : l’Odyssée de l’espace" et "Blade Runner", Douglas Trumbull, est mort

Considéré comme le plus grand réalisateur d’effets spéciaux du cinéma depuis sa participation à "2001 : l’Odyssée de l’espace" de Stanley Kubrick, Douglas Trumbull est mort mardi à lâge de 79 ans.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le spécialiste, concepteur d'effets spéciaux et réalisateur américain Douglas Trummbull avec son prix pour les effets viuels au Festival de Locarno en 2013. (URS FLUEELER/AP/SIPA / AP)

Le réalisateur d’effets spéciaux Douglas Trumbull, célèbre pour sa participation à 2001 : l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (1968), Rencontres du troisième type de Steven Spielberg (1978) ou Blade Runner de Ridley Scott (1982), est décédé mardi à l’âge de 79 ans a annoncé sa fille.

La porte des étoiles

Douglas Trumbull est un enfant de la balle : né en 1947 il est le fils d’un opérateur d’effets visuels qui a participé au Magicien d‘Oz de Victor Fleming en 1939. Travaillant pour la NASA dans la conception de films sur les programmes spatiaux de l’agence, il est remarqué par Stanley Kubrick qui fait appel à lui pour la réalisation des effets spéciaux de 2001 : l’Odyssée de l’espace. Embauché pour six mois, il restera quatre ans sur cette réalisation. Son morceau de bravoure pour le film est le "slit-scan", une technique permettant de faire défiler dans une perspective infinie des formes psychédéliques, ce qui a permis de visualiser le passage de la "porte des étoiles" dans la dernière partie du chef-d’œuvre de Kubrick.

Le succès du film aidant, et sa reconnaissance immédiate comme maître des effets spéciaux, lui permettent de sortir en 1971 son premier long métrage, un "space opera" écologique, Silent Running avec Bruce Dern, dont la chanson de générique est interprétée par Joan Baez.

Les années 80

A la fin des années 70, la science-fiction connaît une vogue inédite sous l’impulsion de Star Wars en 1977. S’il ne participe pas au film, il est au côté de Steven Spielberg pour Rencontres du troisième type en 1978 pour lequel il conçoit le plus beau vaisseau spatial extraterrestre jamais visualisé au cinéma, dont l’apparition finale constitue le clou du film.

Il enchaîne ensuite sur Star Trek le film de Robert Wise (1979), première transposition au cinéma de la célèbre série TV américaine née en 1966. Sa collaboration avec le designer Syd Mead aboutit à la création d’une nef spatiale gigantesque aux réminiscences architecturales, florales et organiques d’une beauté inédite. Sa collaboration avec Syd Mead se poursuit en 1982 sur Blade Runner de Ridley Scott, un de ses plus hauts faits.

Il est enfin à l’origine des magnifiques effets spéciaux de Tree of Life de Terence Malick, notamment dans ses vues spatiales et cellulaires sur l’origine de la vie sur Terre qui constituent la première partie du film.

Nouvelles images

Douglas Trumbull a réalisé un deuxième film après Silent Running, Brainstorm (1983) avec Christopher Walken, Nathalie Wood et Louise Fletcher. Le scénario repose sur l’invention par deux scientifiques d'une sorte de magnétoscope permettant d’enregistrer sur bande magnétique les émotions et sensations des cinq sens. Le tournage a été endeuillé par la mort de Nathalie Wood dans des circonstances encore non élucidées aujourd’hui.

Passionné par les nouvelles technologies de l’image, Douglas Trumbull a œuvré toute sa vie dans ce sens. Il a ainsi réalisé plusieurs courts métrages pour les parcs d’attractions dans des formats inédits pour Universal Studio (Retour vers le futur) ou Star Tours pour Disneyland. Génie technique autant qu’esthétique, Douglas Trumbull laisse derrière lui une œuvre incomparable dans son domaine, comme père des effets spéciaux modernes

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.