Le comédien Jean Piat, vedette du feuilleton "Les Rois maudits", est mort à l'âge de 93 ans

L'acteur était sociétaire de la Comédie-Française.

Le comédien Jean Piat à Paris, le 22 janvier 2016.
Le comédien Jean Piat à Paris, le 22 janvier 2016. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le comédien Jean Piat, homme de théâtre connu du grand public pour son rôle dans le feuilleton télévisé Les Rois maudits dans les années 1970, est mort mardi 18 septembre à Paris à l'âge de 93 ans, a annoncé sa famille.

"Dominique et Martine, ses filles, ont la douleur de vous annoncer le décès de leur père, monsieur Jean Piat, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, à 21 heures dans sa 94e année en son domicile parisien", ont écrit ses filles dans un communiqué. L'acteur s'est éteint huit mois après sa compagne, la romancière et comédienne Françoise Dorin, morte en janvier.

Lors de son passage à la Comédie-Française, il a obtenu de nombreux rôles, Figaro dans Le Barbier de Séville de Beaumarchais, Frontin dans L'Epreuve de Marivaux ou Don César de Bazan dans Ruy Blas. Mais c'est le petit écran qui l'a largement fait connaître du grand public. En 1972, il frappe les esprits dans la série en six épisodes Les Rois maudits, réalisée par Claude Barma et adaptée de l'œuvre de Maurice Druon. Il y incarne le cruel Robert d'Artois, tout de rouge vêtu.

Le cinéma, en revanche, l'a toujours un peu boudé. Il a travaillé toutefois avec Luis Buñuel dans La Voie lactée, René Clément dans Le Passager de la pluie ou Sergio Gobbi dans La Rivale. Par ailleurs, Françoise Dorin, qui a écrit plusieurs pièces pour lui, a joué un rôle décisif dans son départ de la Comédie-Française au début des années 1970 pour le théâtre de boulevard dont elle était une grande plume.

Jean Piat a aussi beaucoup écrit. Son dernier livre, un retour sur sa carrière, Et... vous jouez encore !, est paru en 2015. En juillet 2017, il était remonté une nouvelle fois sur les planches, pour la pièce Love Letters. "Je ne pense pas au prochain rôle. (...) Je pense au cimetière. C'est peut-être la dernière pièce que je joue, avait-il affirmé à Europe 1. Ce n'est pas triste, c'est une logique. On naît, on vit, on meurt : c'est aussi simple que ça."

"Adieu, hommage, respect pour le talent, l'élégance, l'humour de Jean Piat", a réagi sur Twitter le président du Festival de Cannes, Pierre Lescure.