Kenny Baker, interprète de R2-D2 dans "Star Wars", est décédé

Vous ne connaissez pas son visage, pas même sa silhouette, pourtant il est mondialement célèbre. L'acteur britannique Kenny Baker, personne de petite taille, était à la gouverne d'un des personnages les plus emblématiques de la saga "Star Wars", glissé dans la peau de métal du "droïde" R2-D2, le valeureux petit robot, compagnon de lutte de Luke Skywalker contre "l'Empire".

Kenny Baker, interprète de R2-D2 dans \"Star Wars\", en 2015
Kenny Baker, interprète de R2-D2 dans "Star Wars", en 2015 (Jeff Spicer / Geisler-Fotopress / Geisler-Fotopress / DPA)
Le comédien, qui mesurait à peine plus d'un mètre, souffrait depuis un certain  temps de problèmes pulmonaires, a précisé sa nièce Abigail Shield. "Il était  très malade ces dernières années et nous attendions cette issue fatale",  a-t-elle ajouté. Un des neveux de Kenny Baker, qui s'occupait de lui, l'a trouvé mort samedi  matin.
"Nous sommes tous très fiers de ce qu'il a accompli dans sa vie, (...) de  tout le bonheur qu'il a apporté à travers le monde", a confié Abigail Shield. Kenny Baker a joué le rôle du petit robot facétieux et siffleur R2-D2 dans  le "Star Wars" original, en 1977, et dans les six films suivants de la série. Son nom a ainsi été cité l'année dernière au générique du septième épisode,  "Le réveil de la force", et il avait assisté, en fauteuil roulant, à sa  première européenne à Londres en décembre dernier.
Kenny Baker et R2-D2 dans \"Star Wars\" (1977)
Kenny Baker et R2-D2 dans "Star Wars" (1977) (Keystone Pictures USA / ZUMAPRESS)
Le nouvel épisode à venir, "Rogue One" (rebelle), un "spin off" (film se déroulant dans l'univers d'une franchise, indépendamment de ses héros)  doit sortir en décembre  prochain.

Baker avait aussi joué dans des films des années 1980, comme "Flash Gordon" de Mike Hodges, "Elephant Man" de David Lynch, "Bandits, Bandits" de Terry Gilliam (il y interprète Fidgit, un des nains rebelles contre Dieu, son rôle le plus développé) , "Willow" de Ron Howard, ou encore "Amadeus" de Milos Forman.