Cet article date de plus de sept ans.

Ils jouent dans un biopic, mais ne ressemblent pas à leur personnage

Romain Duris pour incarner le commandant Cousteau : le choix est surprenant. Avant lui, d'autres acteurs ont prouvé que la ressemblance physique n'était pas indispensable pour faire un bon film sur la vie d'un homme célèbre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
A gauche, l'acteur Romain Duris lors d'un tournage en 2010 ; à droite, l'explorateur Jacques-Yves Cousteau, sur son bateau, en 1985. ( AFP )

Difficile d'imaginer Romain Duris en commandant Cousteau. C'est pourtant le choix de Jérôme Salle, pour son film consacré à la vie de l'explorateur français, mort en 1997. L'information a été confirmée lundi 19 mai, en marge du festival de Cannes.

Pour incarner une personnalité dans un biopic (un film biographique), faut-il être son sosie ? Pas nécessairement. Francetv info liste quelques exemples qui le prouvent.

Idris Elba en Nelson Mandela

La vie du premier président sud-africain élu démocratiquement a inspiré de nombreux cinéastes. Pour le dernier film biographique qui lui est consacré, Mandela : un long chemin vers la liberté, sorti en France le 18 décembre 2013, Justin Chadwick, son réalisateur britannique, a choisi Idris Elba, un de ses compatriotes. Pourtant, ce colosse d'1 m 90 âgé de 41 ans n'a pas de traits communs avec Nelson Mandela.

Malgré une coupe de cheveux soignée et une transformation au niveau du visage pour qu'il soit plus rond, la ressemblance n'est pas frappante. Peu importe : Idris Elba parvient à rendre hommage avec justesse au prix Nobel de la Paix 1993. Le biopic est "digne et émouvant", souligne CultureBox.

Ashton Kutcher en Steve Jobs

L'Américain moyen des comédies romantiques dans le rôle du patron d'Apple, cela ne semblait pas crédible. D'autant plus que l'information avait été confirmée un 1er avril. Pourtant, Ashton Kutcher a bel et bien relevé le défi d'incarner Steve Jobs dans le long-métrage de Joshua Michael Stern.

Âgé de 34 ans, Ashton Kutcher interprètera le rôle de Steve Jobs dans un film indépendant. (AFP)

Barbe, cheveux longs et pantalons à patte d'éléphant : Ashton Kutcher a su adapter son apparence pour raconter l'histoire de Steve Jobs, vue sous l'angle d'un jeune hippie rebelle qui va bouleverser le monde moderne en développant l'ordinateur personnel. La transformation physique est réussie, mais le film Jobs, sorti le 21 août 2013 en France, a reçu un accueil mitigé des critiques.

Une photo tirée du film "jOBS", de Joshua Michael Stern, avec Ashton Kutcher dans le rôle de Steve Jobs. (GLEN WILSON/AP / SIPA / AP)

François-Xavier Demaison en Coluche

Au premier abord, à part l'humour peut-être, François-Xavier Demaison et Coluche ne partagent pas grand-chose. Malgré cela, le premier a accepté d'incarner le second dans un biopic réalisé par Antoine de Caunes, et sorti dans les salles françaises le 15 octobre 2008. Le film ne raconte qu'une partie de la vie de Coluche : celle où, en 1980, il décide de se présenter à l'élection présidentielle.

Dans Coluche, l'histoire d'un mec, François-Xavier Demaison parvient à se glisser "dans les tics, les mimiques et les attitudes de son modèle d'une façon troublante", juge Le Figaro. Sa prestation est finalement réussie.

Will Smith en Mohamed Ali

Avant Ali, le film de Michael Mann sorti le 27 février 2002 en France, Will Smith était surtout connu pour ses performances de chanteur et d'acteur comique. Il s'est métamorphosé pour devenir crédible dans le rôle du célèbre boxeur. Il a non seulement appris à parler et à se mouvoir comme Ali, mais a aussi subi un entraînement intense.

"Je voulais penser comme un boxeur. Cela signifie manger en boxeur, dormir en boxeur, réagir en boxeur. Devenir boxeur", a dit Will Smith à propos de son rôle. Malgré le peu de ressemblance physique, son interprétation lui vaut une nomination aux Oscars dans la catégorie Meilleur acteur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.