Japan Expo 2019 : les créateurs de Goldorak et Albator attendus à Paris

Le festival s'ouvre jeudi avec la venue exceptionnelle de Gô Nagai et Leiji Matsumoto, les créateurs du fameux robot géant et du légendaire corsaire de l'espace.

Go Nagai, père de Goldorak, pose devant une autre de ses créations, Mazinger Z, lancée en 1972, soit trois ans avant Goldorak, et qui a donné lieu à un film en 2017. La photo a été prise à Rome le 28 octobre 2017 lors de la présentation de ce film.
Go Nagai, père de Goldorak, pose devant une autre de ses créations, Mazinger Z, lancée en 1972, soit trois ans avant Goldorak, et qui a donné lieu à un film en 2017. La photo a été prise à Rome le 28 octobre 2017 lors de la présentation de ce film. (MARIA LAURA ANTONELLI / AGF / SIPA / MARIA LAURA ANTONELLI / AGF)

Japan Expo, le plus important festival européen dédié à la culture et aux loisirs japonais, ouvre ses portes jeudi 4 juillet (et jusqu'au dimanche 7) au Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte.

Gô Nagai, 73 ans, est considéré comme une légende vivante du manga. Son robot géant Goldorak (de son vrai nom Grendizer), apparu en France en 1978, est à l'origine de la passion française pour l'animation japonaise et le manga.

Autre légende du genre, Leiji Matsumoto, 81 ans, créateur du corsaire borgne et balafré Albator (Captain Harlock au Japon), est célèbre aussi pour ses séries à succès de science-fiction comme Galaxy Express 999 ou Queen Esmeraldas.

Leiji Matsumoto, créateur d\'Albator et de Galaxy Express, devant un croquis du célèbre corsaire spatial, le 9 mars 2019 à Monaco, au salon Magic
Leiji Matsumoto, créateur d'Albator et de Galaxy Express, devant un croquis du célèbre corsaire spatial, le 9 mars 2019 à Monaco, au salon Magic (CYRIL DODERGNY / MAXPPP)

300 représentants de la pop culture japonaise

Les deux maîtres du mangas seront présents à Paris parmi quelque 300 représentants de la culture populaire japonaise. Parmi eux, Horoki Goto, rédacteur en chef historique du magazine de BD le plus vendu au monde, Jump, un hebdomadaire où ont été publiées pour la première fois des séries comme Dragon Ball, Olive et Tom, Les Chevaliers du zodiaque, et dont le tirage dépassait 6,5 millions d'exemplaires dans les années 1990.

L'hebdomadaire se vend toujours autour de 3 millions d'exemplaires aujourd'hui.
Les visiteurs - 250.000 personnes sont attendues en quatre jours - pourront également rencontrer Di Nianmiao, un des très rares auteurs chinois de manga édités dans l'archipel, ou encore le Français Tony Valente célèbre y compris au Japon pour sa série Radiant éditée par Ankama.

La France, l'autre pays où le manga est roi

La France est, après le Japon, le pays où le manga est roi. Alors que le marché de l'édition fait grise mine, le manga a été le premier contributeur de la croissance de la BD en 2018, selon une étude de l'institut GfK révélée lundi à l'occasion des Rencontres nationales de la librairie.

Sur deux ans (2016-2018), les ventes ont augmenté de 22% en volumes (16,7 millions d'exemplaires vendus) et le chiffre d'affaires a progressé de 24% à 127,8 millions d'euros. Si en 2008, sept séries se vendaient à plus de 200.000 exemplaires, on en comptait 14 l'an dernier.

Leader incontesté du segment, l'éditeur Glénat, premier éditeur à avoir introduit le manga en France, a vendu plus de 21 millions d'exemplaires de la série à succès Dragon Ball. La série vedette One Piece (le 91e tome paraît mercredi) s'est écoulée à plus de 20 millions d'exemplaires.

Commencée en 2016, la série My Hero Academia (18 tomes à ce jour) fait le bonheur de la maison d'édition Ki-oon qui en a déjà vendu plus de 2,35 millions d'exemplaires.

La remise des Daruma d'or, trophées de Japan Expo

La 20e édition de la Japan Expo sera aussi l'occasion de remettre les Daruma d'or, récompenses célébrant la production en mangas et films d'animation de l'année.

Dans la catégorie manga, c'est L'atelier des sorciers, volume 1 (Pika édition) qui doit recevoir cette distinction tandis que A Silent Voice de la réalisatrice Naoko Yamada recevra le Daruma d'or dans la catégorie animation. Par ailleurs, les plus nostalgiques se feront photographier avec les comédiens de la célèbre série Bioman (force bleue, rose, rouge, jaune, verte...), 35 ans après la première diffusion de la série en France...

Mais l'événement ne se limite pas au manga et au cinéma d'animation. C'est tout l'art de vivre japonais qui est célébré. On trouvera des ateliers de cuisine, des "master class" pour apprendre à se grimer en Cosplay, des spectacles de musique (avec notamment la vedette de la J-Pop, Ai Otsuka), de danse ou encore des démonstrations d'arts martiaux.

Le rugby sera également à l'honneur alors que le Japon s'apprête à organiser la Coupe du monde cet automne.

Japan Expo est gratuit pour les enfants de moins de 8 ans. Le prix d'entrée varie de 14 euros (le vendredi) à 24 euros (le samedi). L'entrée coûtera 17 euros le jeudi et 19 euros le dimanche. Le pass pour les quatre jours s'élève à 60 euros. Programme complet sur.