Festival de Deauville 2019 : le sacre de "Bull", film sur le malaise de l'Amérique

C'est un premier film que le jury a distingué. "Bull" de Annie Silverstein a raflé le Grand prix, le prix de la révélation et le prix de la critique. 

La réalisatrice américaine Annie Silverstein, le 16 mai 2019 au Festival de Cannes, lors de la présentation de son film \"Bull\".
La réalisatrice américaine Annie Silverstein, le 16 mai 2019 au Festival de Cannes, lors de la présentation de son film "Bull". (LOIC VENANCE / AFP)

Le jury du 45e Festival du cinéma américain de Deauville, présidé par Catherine Deneuve, a dévoilé son palmarès, samedi 14 septembre. Les jurés ont attribué leur Grand Prix à Bull, le premier film de la réalisatrice Annie Silverstein, un tableau de l'Amérique de Donald Trump sur fond de désastre social, déjà sélectionné à Cannes dans la section "Un certain regard".

Bull rafle trois récompenses

Ce premier film "dresse un tableau extrêmement juste et troublant de l'Amérique de Donald Trump, cette Amérique abandonnée par ses politiques que ce soit dans l'école ou dans la santé", a estimé la comédienne Anna Mouglalis, présidente du jury de la révélation qui a, comme le jury de Catherine Deneuve, et celui de la critique, couronné Bull.

Le film raconte la rédemption de Kris, une adolescente de 14 ans vivant dans la banlieue pauvre de Houston. La jeune fille donne l'impression de suivre le chemin de sa mère, qui purge une peine de prison. Après avoir saccagé la maison de son voisin dans un acte purement gratuit, elle doit faire amende honorable, et prêter main forte au propriétaire de la maison vandalisée qui est une ancienne gloire du rodéo. Elle se découvre alors une passion pour l'art de monter les taureaux à cru.

Gérard Lefort, président du jury de la critique, a salué de son côté "une histoire captivante, une actrice sidérante de maturité (Amber Havard, ndlr) malgré son jeune âge, des situations dérangeantes et imprévisibles". Pour le journaliste, ce film "invente un territoire tant par son cadrage, son montage, son scénario, sa façon d'entremêler le documentaire à la fiction". "C'est un film politique sans jamais être dogmatique", a ajouté Anna Mouglalis. "La réalisatrice réinvente le récit d'apprentissage sur fond de désastre social. Elle renverse tous les codes déjouant les clichés au sein d'une Amérique qu'on croit connaître, celle du Texas et du milieu du rodéo". 

Les autres prix

Le jury a accordé sa deuxième place, le Prix du jury, à deux films : la comédie The Climb, premier film de Michael Angelo Covino, et le film beaucoup plus sombre The Lighthouse de Robert Eggers, avec Robert Pattinson et Willem Dafoe.

Le Prix spécial du 45e anniversaire du festival a été attribué à Swallow, de Carlo Mirabella-Davis. Le film raconte l'histoire d'une jeune femme mariée à un homme incarnant la réussite sociale mais atteinte d'un syndrome qui la pousse à manger des objets.

Le Prix du public de la ville de Deauville est revenu à The Peanut butter falcon de Tyler Nilson et Michael Schwartz. Ce premier film imaginé pour un acteur trisomique raconte l'histoire d'un jeune trisomique qui a fui la maison de retraite où il était retenu malgré ses 22 ans.