Festival de Deauville : Laure Calamy en prostituée courageuse et indépendante dans "Une femme du monde"

Présenté hors compétition, le film de Cécile Ducrocq sortira sur les écrans le 8 décembre 2021. 

Article rédigé par
avec AFP - Odile Morain
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Laure Calamy au 47e festival du cinéma américain de Deauville présente "Une femme du monde" (MAXPPP)

Le festival du film américain de Deauville à l'heure du cinéma français. L'actrice Laure Calamy et la réalisatrice Cécile Ducrocq ont présenté hors compétition Une femme du monde : un premier long métrage où la comédienne incarne une prostituée "mère courage", débordante d'énergie.

Le film qui sortira le 8 décembre 2021 dans les salles obscures a été très applaudi à l'issue de sa première projection publique, lundi soir à Deauville. 

Laure Calamy à Deauville

Mère courage

Prostituée pétillante et attentionnée, Marie se bat pour que son fils Adrien, 17 ans, puisse entrer dans une école de cuisine réputée, à 9 000 euros l'année. Une histoire preque banale qui suit le parcours du combattant d'une femme qui élève seule son enfant. "Tout le monde peut s'identifier à elle puisqu'elle traverse des situations que tout le monde traverse : comment on éduque son ado, comment on va voir le banquier, et en même temps toutes les questions qui infusent de la prostitution sont là et sont amenées très subtilement", résume la comédienne, César de la meilleure actrice pour Antoinette dans les Cévennes.

De fait, le spectateur ne tarde pas à s'identifier à cette mère qui tâche de secouer son fils, tente de négocier un prêt pour qu'il ait la meilleure formation possible. L'aisance de Laure Calamy avec son corps et son énergie contribuent à l'image d'une prostitution épanouie "lorsqu'elle est choisie".

C'est une femme qui a sa liberté, son indépendance

Laure Calamy

Comédienne

Prostituée et militante 

Au-delà de son combat pour son propre fils, Marie milite aux côtés des autres prostituées pour la dépénalisation du client. "On tolère la prostitution mais on pénalise le client, donc on les met dans des situations impossibles, elles sont invisibles, elles ne peuvent pas demander de crédit à la banque", explique la réalisatrice Cécile Ducrocq. La prostitution est "un métier admirable qui peut être considéré comme celui de soignante", estime Laure Calamy  "Il y a des femmes qui sont de très grandes prostituées comme Grisélidis Réal qui fut également peintre et écrivaine", ajoute encore la comédienne.

"Une femme du monde" de Cécile Ducrocq avec Laure Calamy - 1h37 - Sortie le 8 décembre 2021

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival de Deauville

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.