VIDEO. Le cinéma français, modèle de diversité ?

Le cinéma français est-il un modèle de diversité ? Pour y répondre, nous avons analysé le casting des 259 films sortis en 2017. Combien y a-t-il de rôles attribués à des acteurs Noirs ? Et surtout quelles places occupent-ils sur l’affiche ?

Voir la vidéo

Le grand écran est-il trop pâle ? Nous nous sommes questionnés sur la diversité dans le cinéma français. En 2017, sur les 2 617 rôles que nous avons analysés, 171 ont été attribués à des acteurs “perçus comme Noirs”, pour reprendre la terminologie du conseil supérieur de l’audiovisuel. Trente et un d’entre eux sont des rôles principaux.

Dans le livre, “Noire n’est pas mon métier”, seize actrices noires racontent les situations offensantes qu'elles ont pu vivre. Nous sommes allés à la rencontre de deux d'entre elles, Aïssa Maïga et Eye Haïdara. Elles dénoncent, entre autres, le manque de prise de risque de certains réalisateurs qui offrent trop souvent les mêmes rôles.

Il y a des stéréotypes qui collent à la peau des actrices noires comme la prostituée, la nounou, la mama

Aïssa Maïga



Pour Aïssa Maïga, "il y a des stéréotypes qui collent à la peau des actrices noires comme la prostituée, la nounou, la mama. Ce sont des clichés qui perdurent générations après génération." Selon l'actrice Eye Haïdara, qui incarne Adèle dans "Le Sens de la Fête", le problème viendrait notamment de l'autocensure de certains réalisateurs : "On a peur, on a peur d’oser, souvent quand on voit un noir à la télé, il faut se justifier pourquoi cette couleur. Quand on propose un acteur, il y a même des réalisateurs qui ont envie de proposer un acteur noir et à qui on dit que ce n'est pas justifié, c’est cela qui est dommage."

Nous l’avons aussi constaté au fil de notre analyse. Des acteurs noirs qui jouent très souvent dans des films sur l'Afrique. D’autres films présentent souvent les acteurs noirs habitant la banlieue

Pour le directeur de casting, Nicolas Ronchi, c’est la répétition de ces rôles qui pose problème : "Tant qu’il y aura des femmes de menage noires et des prostituées noires, je ne vois pas pourquoi on s’interdirait de distribuer ces rôles à des femmes noires. Le problème n’est pas là, c'est que ce soit toujorus ces mêmes rôles et c’est à mesure que le tissu social change dans la vie que ça change dans les films mais c’est un peu lent."

Néanmoins, selon les actrices que nous avons interrogées, la situation s’améliore. Les propositions de rôles se diversifient. L'année 2018, sera-t-elle celle de la diversité dans le cinéma français ? Réponse dans quelques mois.

Le JT
Les autres sujets du JT