"Le Petit Prince" : "Je suis très vite entrée dans le personnage de la petite fille"

Elle double les rôles principaux du "Petit Prince" et de "Vice-Versa". Clara Poincaré nous embarque dans les coulisses du film.

\"Le Petit Prince\", centré sur l\'histoire de cette petite fille interprétée par Clara Poincaré, sort en salles mercredi 29 juillet 2015. 
"Le Petit Prince", centré sur l'histoire de cette petite fille interprétée par Clara Poincaré, sort en salles mercredi 29 juillet 2015.  (PARAMOUNT PICTURES FRANCE)

"Dessine-moi un mouton." Le film qui sort en salles, mercredi 29 juillet, retrace l'histoire du Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry, mais pas seulement. Dans une autre dimension, il s'agit aussi de l'histoire d'une petite fille, tiraillée entre le devoir de grandir et l'envie de rester rêveuse. Pour Clara Poincaré, l'actrice qui a doublé la voix, c'était donc un challenge à relever. Francetv info a recueilli ses impressions. 

Francetv info : Du casting aux enregistrements, comment cela s’est-il passé ?

Clara Poincaré : Quand j’ai passé le casting, je ne connaissais pas l’histoire. Le directeur artistique m’a ensuite présenté le film, et j’ai trouvé ça génial. Beaucoup de comédiennes ont passé les sélections. Quand ils m’ont annoncé que j’étais prise, j’étais hyper excitée ! Au moment du doublage, j’enregistrais toute seule avec le directeur artistique. J’ai modifié ma voix pour prendre celle d’une petite fille. On a regardé le film en anglais et on m’expliquait scène par scène. Finalement, cela s’est très bien passé. Je suis vite entrée dans le personnage de la fillette.

Quelles sont les difficultés lors de l’enregistrement ?

Il faut réussir à être juste dans toutes les conditions. La petite fille du Petit Prince est traversée par diverses émotions. Elle est parfois très enjouée, ou triste… Et puis, c’est une enfant, mais elle paraît tellement adulte ! Au début, par exemple, lorsqu’elle prépare l’entretien pour l’Académie. Il ne fallait donc pas trop la rajeunir, sans la faire paraître trop grande. Elle n’a que huit ans. Il faut trouver le bon équilibre.

Dans l’équipe du film, on trouve des grands noms, Marion Cotillard, André Dussollier… Comment cela s’est-il passé entre vous ?

Je ne les ai rencontrés que plus tard, pour enregistrer certaines scènes à deux. Ils sont impressionnants, vraiment forts ! Quand on se retrouve face au micro avec André Dussollier ou Florence Foresti, c’est génial. Tous ont été gentils, protecteurs. Ils nous ont mis en confiance avec Andrea, la voix du Petit Prince.

Vice-Versa, Le Petit Prince... Pourquoi doubler plutôt que tourner ?

Je fais ça depuis que je suis toute petite. C’est venu tout à fait par hasard, pendant une sortie scolaire. Quelqu’un m’a dit que j’avais une voix de petite fille et que je devais me lancer là-dedans. J’ai essayé toute seule, et puis c’est devenu plus sérieux. Le doublage, c’est ludique. C’est vraiment amusant de se mettre dans la peau de quelqu’un sans utiliser son visage. Cela pousse à faire plein de choses, plein de personnages différents. En plus, avec le dessin animé, on peut se retrouver dans des situations vraiment originales. Je ne pense pas tourner. Je suis en deuxième année à l'Esra (Ecole supérieure de réalisation audiovisuelle), donc je me destine davantage à être derrière la caméra. 

Par rapport à Vice-Versa, quelle était la différence ?

Avec Le Petit Prince, c’est venu plus naturellement. Dans Vice-Versa, je devais interpréter une ado. C’était plus difficile, car depuis toute petite on me demande des voix de petites filles. Sur Riley, dans Vice-Versa, des habitudes d'enfant ressortaient, mais le directeur artistique m’a bien aidée.