Le délégué général du Festival de Cannes dévoile une sélection "politique et romantique" pour la 72e édition

Les 19 films en compétition "témoignent d'un cinéma toujours actif et très inventif", a-t-il expliqué sur franceinfo. 

Le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux, le 18 avril 2019.
Le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux, le 18 avril 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)

Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, a dévoilé jeudi 18 avril la sélection officielle de l'édition 2019. Au total, 19 longs-métrages dont cinq films français seront en compétition lors du 72e festival qui doit se tenir du 14 au 25 mai. "Une très belle sélection française, a précisé Thierry Fermaux, qui témoigne d'un cinéma toujours actif et très inventif"

Des films "ancrés dans la réalité contemporaine"

La liste des 19 films en compétition est susceptible d'être complétée d'ici le début du festival de Cannes. Il s'agit d'une liste "romantique et politique", a estimé Thierry Frémaux. "Il y a des films d'amour, des mélodrames, des histoires intimes, des récits et puis il y a toujours un regard sur le monde d'artistes qui n'entendent pas se dégager de ce qu'ils observent, soit dans leurs pays, soit par rapport à leur pays".

Parmi ces films "ancrés dans la réalité contemporaine", Sorry We Missed You de Ken Loach, sur une famille britannique qui se bat contre la précarité, ou encore Le Jeune Ahmed de Jean-Pierre et Luc Dardenne qui porte sur la radicalisation d'un adolescent. "S'ils sont en compétition, a précisé Thierry Frémaux, c'est parce que ce sont des artistes qui renouvellent d'une certaine façon les formes de leur cinématographie".

On est dans une sélection où il y a un gros retour du glamour, de la comédie. Et puis ce sont des cinéastes qu'on a voulu inviter parce qu'ils croient encore très fort à la fiction, au romantisme et au romanesqueThierry FrémauxDélégué général du Festival de Cannes

Un cinéma français "actif et inventif"

Côté français, le réalisateur Arnaud Desplechin présentera son film Roubaix, une lumière. Dans ce film, comme l'ensemble de la sélection, "l'intime flirte avec le social et avec l'histoire", a analysé le délégué général du Festival de Cannes. Il a évoqué une sélection française "très belle" et qui "témoigne d'un cinéma qui est toujours actif et très inventif". On y retrouve Les Misérables, de Ladj Ly, Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma et Sibyl, de Justine Triet.

La cérémonie d'ouverture et le film d'ouverture The Dead Don't Die de Jim Jarmusch seront visibles dans plus de 400 salles en France. "On va prendre beaucoup de plaisir !", conclut Thierry Frémaux.