La présidente du jury du Festival de Cannes, Cate Blanchett, "aurait aimé qu'il y ait plus de femmes en compétition"

Cate Blanchett, présidente du 71e Festival de Cannes, a expliqué, mardi sur France Inter, "qu'il est extrêmement important que des changements se fassent" dans l'industrie du cinéma après l'affaire Weinstein.

 L\'actrice australienne Cate Blanchett, le 7 mai 2018, à Cannes (Alpes-Maritimes).
 L'actrice australienne Cate Blanchett, le 7 mai 2018, à Cannes (Alpes-Maritimes). (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

La 71e édition du Festival de Cannes "est très engagée par rapport aux femmes", a expliqué Cate Blanchett, la présidente du jury, mardi 8 mai sur France Inter. Huit mois après le début de l'affaire Weinstein, l'ombre du producteur américain accusé d'agressions et de harcèlements sexuels planent encore sur l'industrie du cinéma.

"Je pense qu'il est extrêmement important que des changements se fassent", a estimé Cate Blanchett. Pourtant, s'"il y a beaucoup de femmes membres de ce jury, j'aurais aimé qu'il y ait plus de femmes en compétition, mais ça ne se va pas se faire du jour au lendemain", a regretté la présidente du jury qui est paritaire.

J'espère avoir été nommée présidente du jury, non pas parce que je suis femme, mais pour mes qualifications et ma grande expérience dans le domaine du cinéma.Cate Blanchettà France Inter

Pour autant, Cate Blanchett a indiqué qu'"il ne faut pas favoriser particulièrement les femmes" dans les films en compétition. D'ailleurs, "Thierry Frémaux, le délégué général du festival, et son équipe n'ont pas créé de quotas de femmes", a rapporté la présidente du jury. Pour l'actrice australienne, "il faut parler uniquement des réalisateurs, peu importe leur genre", car "c'est la qualité des films qui va compter le plus".

"Il faut un salaire égal"

Cate Blanchett est aussi engagée pour une égalité salariale, elle qui a avoué avoir déjà refusé un rôle, car moins payé que l'acteur masculin. "Si j'ai l'impression que je suis moins payée parce que je suis femme, je dois poser la question du pourquoi", a jugé la présidente du jury. Selon cette dernière, "il faut un salaire égal" entre acteurs et actrices, car "dans un monde capitaliste, l'égalité de traitement reflète la valeur".