L'étoile de Cannes (10/14). "La Traversée" met Daniel Cohn-Bendit sur la route de 68

En Mai 68 le festival de Cannes a été annulé. 50 ans plus tard, Daniel Cohn-Bendit monte les marches pour la projection en séance spéciale du documentaire de Romain Goupil, "La Traversée".

Daniel Cohn Bendit dans \"la traversée\" de Romain Goupil
Daniel Cohn Bendit dans "la traversée" de Romain Goupil (Siècles production)

C'est un road-movie, un long périple dans la France d'aujourd'hui, sans nostalgie aucune. La Traversée, de Romain Goupil : 15 000 km en voiture, sans repérage ou presque, et des rencontres, des gens, qui se confient. Tout le monde veut parler à Dany, dit Romain Goupil. Daniel Cohn-Bendit, son sourire et son regard bleu, il met à l'aise et surtout, il écoute.

A Saint-Nazaire, Cohn-Bendit retrouve un ouvrier des chantiers navals rencontré en 1968. C'est le seul moment où il se souvient de ce passé qui aujourd'hui l'encombre. Et c'est pour évoquer comment, dans ce port, les dockers ont pris leur destin en main en acceptant une réforme qui passait mal.

Cette traversée dessine deux Frances, celle qui, même si elle soufre a su se réinventer, un marin pêcheur à Sète, des éleveurs en Isère et une autre, inquiète. Cité les Izards, à Toulouse, celle de Mohamed Merah, le gardien de foot de l'équipe amateur confie que maintenant, quand il emmène son fils faire du vélo, il va beaucoup plus loin. Dans la vallée de la Roya, Daniel Cohn Bendit rencontre le curé, en larmes quand il raconte les migrants, les gendarmes qui les poursuivent.

Moment cocasse : à Marseille, parce qu'il faut bien aussi aller voir des policiers, Dany monte dans une voiture pour une patrouille, les agents sont trop jeunes pour réaliser que la dernière fois que leur passager est monté dans un véhicule comme ça, c'était en 1968, embarqué.  

Emmanuel Macron invité surprise

C'est le sujet d'une grosse engueulade entre Goupil et Cohn-Bendit. Le premier dit : si on va à l'Elysée, on sera écrasés par le lieu. Le second, toujours optimiste, veut le convaincre du contraire. Le moment est mis en scène, je n'en dis pas plus. Qui y gagne ? On normalise Jupiter se marre Cohn-Bendit.

C'est là où certains s'agacent de ce documentaire où les ex-soixante-huitards affichent leur fascination pour le jeune président, qu'ils n'épargnent pas pour autant sur sa politique migratoire.

Mais ce n'est qu'un court épisode de cette balade en France. Cohn-Bendit va partout, y compris dîner avec une tablée d'électeurs et militants Front National, l'ambiance est plutôt glaciale, mais il a toujours ce désir de débattre, sans cesse. La Traversée a un côté potache, comme quoi on ne se refait pas. C'est aussi le récit d'une belle amitié, entre deux gamins de 66 et 73 ans. Le film sera diffusé sur France 5 le 21 mai.