Festival de Cannes : Nicolas Bedos présente "La Belle Époque", une ode à la mélancolie

Il s'agit du deuxième film du jeune réalisateur, fils de Guy Bedos.

GILLES GALLINARO

Le Festival de Cannes a mis à l’honneur lundi 20 mai le nouveau film d’un jeune réalisateur tout sauf inconnu : Nicolas Bedos. Avec son deuxième film sous le bras, La Belle Époque, projeté hors compétition, il a les honneurs du festival.

L’histoire, c'est celle d'un homme désabusé qui a recours aux services d’une société spécialisée, qui lui organise clés en main un retour dans un passé qu’il adorait. En l’occurrence, c'est le moment où il a rencontré sa femme qui vient de le mettre à la porte. Une ode ambigüe à la nostalgie, la mélancolie, dans laquelle Nicolas Bedos a mis beaucoup de lui-même, sans toutefois y tenir lui-même un rôle comme dans son premier long Monsieur et Madame Adelman.

"Je n'ai rien contre le fait d'avoir l'air prétentieux, je l'ai prouvé, mais je ne voulais pas que ce soit pléonasmique, que ce soit trop, a expliqué sur franceinfo Nicolas Bedos. Ce film parle tellement de moi, de mon monde, de mes proches, de ce que j'aime et ce qui me fait peur, que c'était pas la peine en plus de phagocyter l'image."

Au casting, son inséparable complice Doria Tillier, mais aussi Guillaume Canet, Pierre Arditi, Denis Podalydès, et un couple quasi-culte : Daniel Auteuil et Fanny Ardant. La Belle Époque sortira en salles le 6 novembre.

Nicolas Bedos au Festival de Cannes, le 20 mai 2019.
Nicolas Bedos au Festival de Cannes, le 20 mai 2019. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)