Festival de Cannes : la Palme d’or à "Une affaire de famille"

Clap de fin pour le 71e Festival de Cannes. Une édition marquée par un palmarès récompensant des films particulièrement engagés.

Cannes était aussi "The place to be" ce samedi 19 mai. Le Festival de Cannes a pris fin pour la 71e fois. Une édition placée sous le signe des revendications politiques et sociétales. La Palme d’or a donc été décernée au cinéaste japonais Hirokazu Kore-Eda. Depuis plusieurs jours son nom circulait. Son film, "Une affaire de famille" raconte avec délicatesse les liens d’amour et d’entraide dans une famille atypique, toutes générations confondues. "Grâce au cinéma, les gens qui habituellement s’affrontent peuvent peut-être se rejoindre", a-t-il déclaré en recevant son prix.

Cinéma engagé

Les autres prix ont récompensé globalement des films engagés, à l’image de "Capharnaüm", Prix du jury, réalisé par Nadine Labaki. Un film coup-de-poing tourné dans les bas-fonds de Beyrouth et qui dénonce l’exploitation des enfants. Spike Lee obtient le Grand Prix pour "BlacKkKlansman" un film qui retrace l’histoire d’un policier noir réussissant à infiltrer le Ku Klux Klan dans les années 1970. Le Prix d’interprétation masculine a été décerné à pour Marcello Fonte pour son rôle dans "Dogman" à Samal Yeslyamova (pour le féminin) avec son rôle dans "Ayka".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda pose avec sa Palme d\'or à Cannes, le 19 mai 2018.
Le réalisateur japonais Hirokazu Kore-eda pose avec sa Palme d'or à Cannes, le 19 mai 2018. (LOIC VENANCE / AFP)